Actualités

 

Le lundi 6 mars 2023, a eu lieu la signature d’une convention avec la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN), en la personne du Général d’armée Christian Rodriguez, directeur général de la Gendarmerie, et Françoise PASSUELLO, Vice-Présidente de France Victimes, en présence de Jérôme BERTIN, Directeur Général.

Pour France Victimes, cette convention permet de réaffirmer l’engagement envers les victimes et vient formaliser le partenariat existant de longue date entre la Fédération et la Gendarmerie en matière d’aide et de protection de tout type de victimes d’infractions pénales, via des axes de coopérations tels que : 

  • Favoriser le développement des permanences d’aide aux victimes en Gendarmerie et des postes d’Intervenants Sociaux Gendarmerie (ISG) par le réseau France Victimes,
  • Travailler en partenariat étroit avec les Maisons de Protection des Familles sur des actions de prévention et de sensibilisation en présentant la webapplication Mémo de Vie,
  • Définir des axes de communication sur le 116 006, le rôle et la mission des associations d’aide aux victimes, etc.

 

La Journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle, en Europe et aux États-Unis, réclamant des meilleures conditions de travail et le droit de vote. C'est en 1975, lors de l'Année internationale de la femme, que l'Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer la Journée internationale des femmes le 8 mars.

Le 8 mars est donc une journée de rassemblements à travers le monde et l'occasion de faire un bilan sur la situation des femmes.

Nous comptons sur vous pour soutenir cette journée de sensibilisation consacrée à la reconnaissance des droits des femmes !

Mobilisons-nous et partageons cette culture commune !

Cette année, France Victimes et son Réseau se sont mobilisés à travers différentes actions mises en place pour aider, sensibiliser, informer sur les droits dont les femmes peuvent bénéficier aujourd’hui :

Les numéros existants :

116 006 numéro « d’aide aux victimes », 7j/7 – 9h-20h

39 19 numéro « stop violences conjugales »

112 numéro européen

Les outils existants :

Mémo de vie, plateforme gratuite et sécurisée permettant de proposer, une solution innovante, ancrée dans le temps, pour faciliter la prise de conscience, soutenir la mémoire, sécuriser des données sensibles, s’informer et accéder à des ressources, contacts et informations utiles, via 4 fonctionnalités cœur.

The Sorority, est une application sécuritaire qui fonctionne avec un système de géolocalisation des femmes entre elles. Ainsi, si l'une d'elles est en danger, elle peut alerter les autres via un bouton ad hoc. Une notification est alors envoyée aux femmes alentour, qui pourront géolocaliser la personne subissant l'agression.

 

SAVE YOU est une plateforme téléphonique à destination des femmes françaises victimes de violences conjugales et intra-familiales à l’étranger. Elle met à la disposition des victimes une équipe de professionnels du social, de la santé et du droit, toujours prête à les écouter, les aider, les orienter et enfin les guider dans les démarches d’ordre administratif, judiciaire, médical, etc. pour sortir de ces situations. 

 Accessible gratuitement et partout dans le monde : 

  • Par appel téléphonique : +33 1 88 61 51 51 (numéro gratuit et accessible partout dans le monde)
  • Par discussion Whatsapp : +33 7 45 13 04 44 
  • Par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Par formulaire de contact : https://www.jointhesorority.com/contact 

Mon Shérif, qui est un petit bouton connecté à porter sur soi, permettant de réagir efficacement en cas d'agression. En 1 seul clic, il permet de communiquer la position géographique de la personne, accompagnée du message qu’elle aura rédigé au préalable pour informer ses proches alertés.

 

App'elles, est une application mobile solidaire des femmes victimes de violences. App-Elles® a pour but de répondre aux principaux besoins d'assistance et de soutien des victimes et des témoins confrontés à une situation de violence présente, passée ou potentielle.

 

Le tchat de En avant toute(s) est gratuit, anonyme, sécurisé et bienveillant. Il permet d’être mis en relation avec des professionnelles qui écoutent, conseillent, et redirigent vers les structures souhaitées. Il est ouvert du lundi au samedi de 10h à 21h et disponible sur ordinateur, tablette et téléphone portable à partir du site commentonsaime.fr, ou en cliquant sur “Je discute avec une professionnelle” sur le site enavanttoutes.fr en haut à droite de l’écran.

Le chat anonyme 24h/24 des forces de l’ordre. Discutez en toute sécurité et confidentialité.

 

Le site internet parcours-victimes.fr informe et vient en aide aux adultes ainsi qu’aux mineurs dans le but de les accompagner dans les 5 étapes clés qui composent leurs parcours, depuis les faits subis jusqu’à l’éventuelle indemnisation. Et ce, pour toutes les formes de violences que la victime subit, qu’elles soient physiques, psychologiques (agression verbale, humiliation, harcèlement) ou sexuelles, actuelles ou passées, uniques ou répétées.

Le site internet infovictimes.fr a pour objectif d’apporter des informations générales à toute victime, en amont ou en complément de sa rencontre avec des professionnels. Il est intégré sur la plateforme internationale infovictims.com, qui regroupe les sites internet de 11 pays européens partenaires du projet, permettant ainsi aux victimes et aux professionnels de trouver facilement toute information utile sur les systèmes judiciaires de ces pays.

Le site internet FNCIDFF  informe sur les droits, accompagne dans une démarche de retour vers l'emploi, lutte contre les violences sexistes ou sexuelles, aide à pallier les difficultés dans l'exercice de la parentalité etc.

Le site internet FNSF propose plusieurs dispositifs pour mettre en sécurité les femmes victimes de violences, et leurs enfants, avec son réseau d'associations spécialisées.

Le site internet droitdirect.fr propose des fiches d'informations gratuites et régulièrement mises à jour par des experts juristes, avocats, assistantes sociales etc. Il y a les informations principales pour comprendre les violences, connaître la loi et les dispositifs juridiques et sociaux pour se protéger, et protéger les enfants.

Les actions de la Fédération et des associations France Victimes :

 

 

 

L’AVEMA France Victimes 01 a proposé diverses activités en direction des Femmes de 10h à 17h :

  • Café-rencontre avec les équipes de l’Avema en charge des victimes, et des auteurs de violences conjugales
  • La découverte de la « rage room » pour permettre à chacune d’extérioriser ses émotions
  • La découverte de la défense personnelle pour apprendre à faire face
  • Un moment en individuel bien être pour clore en douceur ce parcours 

Le tout accompagné par ses professionnels (psychologues, travailleurs sociaux, juristes) pour contenir ces différentes étapes.

Ce temps était gratuit et en toute bienveillance. 

 

 

Le CAD-SAV 59 en lien avec la Ville de Tourcoing a mis en place des « arbres à hommages » dans 13 structures de la Ville. Chaque usager pouvait écrire un mot en hommage à une femme célèbre ou pas, de manière anonyme ou pas, sur un support en bois, ce support était ensuite accroché à une silhouette d’arbre.

L’objectif était d’exposer les arbres, le 8 mars au sein de l’Hôtel de Ville, afin de créer une « Forêt de la Reconnaissance ». 

                                                                               

  

AVL 45 était partenaire de la représentation « Journal d’Assises, elles ont tué pour ne pas mourir » du centre pénitentiaire d’Orléans-Saran (CPOS). Cette représentation était suivie d’une table ronde en présence de l’association Mouvement du Nid, de Didier CHAVRIER, vice-président délégué "égalité et qualité de vie au travail" à l’université d’Orléans, ainsi que de Maitre Janine BONAGGIUNTA, avocate spécialisée en violences conjugales et auteure de la pièce.

Elle a été finalisée par la signature d’une convention de partenariat entre le CPOS et l’AVL. 

 

 

Le Mas 69, en lien avec la Clinique ORSAC Notre-Dame et le Lien théâtre, proposaient deux représentations au Rize de la pièce “Respirs”, sur et par des femmes victimes de violences. La première représentation était suivie d’une présentation de l’établissement qui accueillait et prenait en charge les femmes victimes de violences.  


Le CIDFF 14 a organisé deux manifestations : 

  • De 14h à 17h à l’espace Victor Hugo de Lisieux : rencontre et témoignages sur les femmes et l’entrepreneuriat « J’Ose entreprendre »
  • À 20 h au cinéma le Majestic de Lisieux en partenariat avec l’APC : diffusion du film « Numéro une »

France Victimes Dordogne a été l'invitée de l'émission "Les Experts" sur la radio France Bleu Périgord le 8 mars à 9h30 pour parler du harcèlement. 
Cette action était organisée par le CDAD de Dordogne.

 

France Victimes 34 fait partie des partenaires engagés du projet “Tous droits dans le mur” porté et développé par Hands on urban art et Françoise from the block.

Il a pour objectif de rassembler une voix unique, collective et solidaire. Le projet a la conviction fondamentale que l'art est un moyen de préserver les droits. Il peut également servir de catalyseur vers un changement positif pour toutes et tous.

Tous Droits Dans Le Mur ® (TDDLM) prend une ampleur internationale et crée un « Musée à Ciel Ouvert » multi-sites, accueillant des oeuvres de plus de 30 pays à Montpellier (France), à New York City (USA) à Bristol (RU), et à Lagos (Portugal).

Découvrez le pdf communiqué de presse ici (1.04 MB) .

 

L’AMAV :

  • Service France Victimes 84 : un atelier self-défense a été organisé au commissariat de police d’Avignon pour les victimes de violences intra-familiales, bénéficiaires du téléphone grave danger et pour l’équipe AMAV.
  • Service France Victimes 07 : a tenu une réunion en présence du maire, du Préfet d’Ardèche et tous les partenaires sur les violences intra-familiales au sein du commissariat de police de Guilherand-Grange.

 

France Victimes 87, en partenariat avec WIFE a participé à son événement “Être femme et prendre soin de soi !", en proposant aux femmes de venir se faire photographier en noir et blanc après avoir participé à un atelier bien-être/maquillage.

 

Justice et partage 43 a présenté l’exposition Mots et Maux de Femmes au sein de l’Espace France Service de Sainte Florine. 

 

France Victimes 66 a organisé et participé à plusieurs activités cette semaine en lien avec la journée internationale des droits des femmes :

 

 

  • Une course de laser run “Le pentathlon leur donne des elles” le samedi 11 mars à 9h, en relais avec le club de pentathlon moderne de Saint-Cyprien, auquel le grand public, France Victimes 66 et des partenaires associatifs y ont participé.

 

 

 

 

  • Différentes interventions dans le cadre du projet du CDAD (conférences, stand etc) sur les thèmes “Violences et Cyberviolences” et “Les violences intrafamiliales".

Retrouvez toutes les informations dans les affiches suivantes :

 

 

 

Présentation de l’exposition REP’ART, issue des ateliers d’art thérapie menées avec des femmes suivies par France Victimes 66, à la commune de Saint Laurent de la Salanque du 6 au 10 mars.

 

 

 

 

 

France Victimes 85 a tenu un stand le samedi 4 mars dernier sur la Place Napoléon de la Ville de La Roche sur Yon en compagnie d'autres associations œuvrant pour le droit des Femmes : SOS femmes Vendée, le CIDFF 85, le RAPAVV (Réflexion et Aide Pour les Auteurs et Victimes de Violences). 

Cette action était menée par la ville et agglomération de La Roche sur Yon, qui a proposé à l'association de tenir ce stand.

 

Victimes et Prévention Pénale 53, membre du collectif “Tout SEXplique 53 !” en collaboration avec la compagnie Caravane, a proposé 2 pièces de théâtre construites sur le thème de la transmission et du regard croisé entre femmes et hommes :  

  • Quand je serai homme, lundi 6 mars 2023 à 20h à Mayenne 

  • Quand je serai grande, tu seras une femme ma fille, mardi 7 mars à 20h à Laval 

Intéressé ? Prenez contact via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

De plus, l'association a participé à une émission de radio "L'autre Radio" dont l'enregistrement a été eefectué dans les locaux de leur association partenaire L'Iliale à Château-Gontier.

 

Vous pouvez également nous mentionner 

France Victimes : Facebook (@FranceVictimes), Twitter (@FranceVictimes), Instagram (@FranceVictimes), Linkedin (Fédération France Victimes) 

Mémo de Vie : Twitter (@memodevie), Facebook (Mémo de Vie), Instagram (@memodevie), Linkedin (Mémo de Vie)



Depuis octobre 2021, la fédération France Victimes et CentraleSupélec avaient signé une convention de partenariat pour la prise en charge des étudiants et personnels victimes de violences sexuelles et / ou sexistes.

L’ENS Paris-Saclay ainsi que l’école AgroParisTech partagent le même principal campus que CentraleSupélec.

Étant très investies pour l’égalité femme-hommes et plus particulièrement dans la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, elles se sont rapprochées de la Fédération France Victimes pour pouvoir affirmer leurs engagements et proposer le même accompagnement à leurs étudiants et professionnels.

De cette façon, les trois écoles ont signé une convention commune de partenariat avec la fédération France Victimes le 21 février 2023, qui prévoit, une écoute et un accompagnement juridique, psychologique et social des étudiants et personnels victimes de violences sexuelles et / ou sexistes, ayant lieu au sein ou à l’extérieur des écoles.


Cette année, à l’occasion de la journée européenne des victimes du 22 février, France Victimes a souhaité mettre l’accent sur une communication plurielle, tout au long de la semaine, afin, à la fois, de renforcer la visibilité du réseau des associations France Victimes, mais aussi de valoriser les actions en place et de mettre en avant certaines positions ou projets d’avenir.

Ainsi, 2 Tribunes ont pu être publiées :

Une tribune au « Monde » a été publiée, intitulée « L’aide aux victimes est l’ultime pierre à ajouter pour solidifier une Union européenne unie et indivisible », co-signée par Maryse Le Men, présidente de la fédération France Victimes, et Jérôme Moreau, porte-parole de France Victimes et Vice-Président de Victim Support Europe. 

Sur ce sujet, on constate que les droits des victimes sont encore inégaux en fonction des États, et que seule l’aide aux victimes, reste universelle et accessible à tous. 

Il est impératif que les victimes en Europe soient dotées d’un corpus légal égalitaire.

C’est en ce sens que le concept innovant de « safe justice » voit le jour. 

À l’occasion de la journée européenne des victimes 2023, l’ambition des associations européennes d’aide aux victimes est d’implémenter ce concept destiné à éviter toute victimisation secondaire au cours des procédures pénales, et réaliser du mieux possible, un accompagnement bientraitant des victimes. L’Europe, dans toutes ses dimensions, doit jouer ce rôle de protection des victimes en imposant structurellement et légalement, dans tous les pays, de nouveaux dispositifs.

Ainsi, France Victimes et Victim Support Europe ont déjà mené plusieurs projets dans cette perspective, tels que :

D’autres dispositifs doivent aussi être connus comme la plateforme Mémo de Vie, ou le 116 006.

L’aide aux victimes est l’ultime pierre à ajouter pour solidifier une Union européenne unie et indivisible.

Lire l'article ici.

---------------

Par ailleurs, Jérôme Moreau, Vice-Président de la fédération France Victimes, répondait dans une interview pour l’Humanité sur « Comment prévenir et faire reculer le harcèlement scolaire  ? ». 

Il met en lumière le programme de lutte contre le harcèlement scolaire pHaRe qui doit être amplifié et développé auprès des lycées et des mouvements d’éducation populaire. Il indique aussi que des solutions existent et que pour ce faire, il faut libérer la parole des victimes, être plus vigilant sur les réseaux et renverser le sentiment de culpabilité.

Retrouvez l’article ici.

Enfin, il est important de rappeler que les 130 associations France Victimes en métropole et outre-mer sont là pour accompagner, écouter et orienter toutes les personnes victimes, mineures et majeures. Elles proposent un accompagnement psychologique, juridique et social. 

 

Plusieurs posts ont été diffusés sur les réseaux sociaux de la fédération France Victimes, tout au long de la semaine afin de rappeler les outils, les actions du réseau France Victimes et également les numéros utiles : 

Tout au long de la semaine, plusieurs posts sur les comptes Linkedin, Instagram, Facebook et Twitter de la fédération France Victimes ont été publiés afin de rappeler les outils, les actions du réseau France Victimes et également les numéros utiles. Ainsi 9 posts ont été publiés : 

- [Supports de communication France Victimes] 

[Actions du Réseau France Victimes pour la Journée Européenne des Victimes]

[France Victimes, c’est quoi ?]

[Victime : Comment être aidé.e ? - Les associations France Victimes]

[Extension du Partenariat Paris-Saclay], pour en savoir plus, vous pouvez lire l'article dédié ici.

- [Mémo de Vie et ses nouveautés] 

[Parcours Victimes : 2 ans de lancement]

[Journée Européenne des Victimes]

[InfoVictimes.fr]

N'hésitez pas à vous abonner afin de suivre l'actualité de France Victimes ! 

 

Retrouvez également toutes les actions du Réseau, ainsi que les outils, numéros utiles et autres dans notre article dédié à la journée européenne des victimes 2023 ici !

 

France Victimes et les associations PAV et AVIMEJ FV 77 ont participé au lancement du dispositif PAMIVI

Lire notre article dédié ici.


 

À l’occasion de la journée européenne des victimes, le Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti s’est rendu à la Cour d’Appel de Paris, afin de sensibiliser aux enjeux de la prise en charge mineurs victimes et de faire connaître les dispositifs d’aide mis en place par le ministère de la Justice.

À cette fin, le ministre a lancé l’expérimentation d’un Programme d’Accompagnement des MIneurs VIctimes (dit PAMIVI), avec 10 juridictions pilotes ayant déjà mis en place l’essentiel de ce programme, en particulier la découverte de la salle avant audience : il s’agit d’Alençon, Bourg en Bresse, Caen, Grenoble, Montauban, Orléans, Paris, Pau, Rodez et Strasbourg. 

Le PAMIVI sera élargi à une juridiction par cour d’appel en 2023, avant d’envisager en 2024 une généralisation sur tout le territoire national.

Ce dispositif permet d’assurer que les victimes mineures bénéficient d’un accompagnement adapté à leurs vulnérabilités tout au long du processus pénal, en se déclinant en trois temps : avant, pendant et après l’audience, en lien direct avec les associations d’aide aux victimes.

France Victimes se réjouit du lancement de ce PAMIVI qui implique le Réseau des associations d’aide aux victimes sur l’ensemble du territoire. 

Dans ce cadre, la Fédération met notamment à disposition des mineurs, dès avant l’audience, le livret « Mon parcours de Justice », pour les aider à trouver leur chemin dans les méandres de la justice et à s'approprier au mieux leur histoire. Le mineur va apprendre à reconnaître qui sont les professionnels qu’il rencontre sur son parcours, et également, par des jeux et des illustrations, il pourra mieux comprendre qui fait quoi, acteurs du monde judiciaire, professionnels du soin, associations d'aide aux victimes, et le fonctionnement de la justice.

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer sur le communiqué de presse ici. 


 

La Fédération France Victimes a été invitée à l’avant-première du film “Je verrai toujours vos visages” réalisé par Jeanne Herry, réalisatrice du film “Pupille”, avec en casting Adèle Exarchopoulos, Dali Benssalah, Leila Bekhti, Gilles Lelouche etc.

Partenaire du film, il met en lumière le fonctionnement de la Justice Restaurative à travers deux histoires, la rencontre entre des personnes victimes et auteurs encadrés par des professionnels, et l’histoire plus personnelle d’une victime de viol incestueux.

Sur leur parcours, il y a de la colère et de l’espoir, des silences et des mots, des alliances et des déchirements, des prises de conscience et de la confiance retrouvée… Et au bout du chemin, parfois, la réparation.

Il sort au cinéma le 29 mars 2023, n'attendez plus et découvrez la bande-annonce ici.

Des avant-premières ont lieu les 26 et 28 mars prochains ; vous trouverez les lieux ci-dessous : n’hésitez pas à vous y rendre et à diffuser l’information !

Capture_décran_2023-03-23_à_14.55.23.png

Découvrez enfin le  pdf dossier spécial (4.75 MB) qui apporte un éclairage précieux sur le film, sur la justice restaurative et sur la contribution de France Victimes.

Pour rappel, afin d’aider les personnes qui s’estiment victimes de violences, les associations France Victimes informent sur les droits, soutiennent psychologiquement et accompagnent socialement. Tous ces services pour les victimes sont gratuits, confidentiels et dans la durée. D’autres formes d’aides peuvent exister, comme les groupes de paroles entre victimes, l’art-thérapie, la socio-esthétique… France Victimes considère la justice restaurative comme une modalité à part entière d’aide aux personnes victimes, en marge de la procédure, et même quand il n’y en a pas.


 

Inscrivez-vous !

Le SolNum Tour de la Fondation : la Fondation Afnic se déplace en Région

Les appels à projets de la Fondation Afnic 2023 vont ouvrir prochainement. 

La Fondation Afnic pour la solidarité numérique organise le SOLNUM TOUR pour rencontrer des structures et des porteurs de projets du territoire, échanger sur leurs projets numériques au service des publics vulnérables et présenter les appels à projets 2023.

Vous êtes une structure d'intérêt général à but non lucratif et vous avez un projet pour une société numérique plus équitable ?

Venez nous rejoindre de 13h30 à 16h30 à :

  • DIJON : le 20 février dans les locaux de la Coursive - inscription ici
  • TOURS : le 28 février dans les locaux de WAZA Coworking Tours -  inscription ici
  • PARIS : le 7 mars dans les locaux de Les Amarres - inscription ici
  • CAEN : le 21 mars dans les locaux du Dôme - inscription ici
  • TOULOUSE : le 28 mars dans les locaux de La Mêlée - inscription ici

Déroulé de la rencontre :

13h30- 14h00 : Accueil café

14h00-16h00 :  Découverte de la Fondation et du territoire d'accueil

  • Présentation de la Fondation Afnic et ses appels à projets 2023
  • Rencontres de projets de votre territoire lauréats de la Fondation Afnic
  • Échange sur vos projets et les dynamiques locales

16h00-16h30 : Temps convivial pour poursuivre la rencontre autour d'un café

Pour rappel : date des prochains appels à projets de la Fondation Afnic

  • Appel à projets “Le numérique au service d'une société plus équitable” : du 1er mars au 12 mai 2023
  • Appel à projets pour des ateliers numériques : du 14 février au 25 septembre 2023(deux vagues de sélection : les 17 avril et 25 septembre 2023)

Si vous ne pouvez pas les rejoindre… ou si vous avez encore quelques interrogations quant à l'éligibilité de votre projet, n'hésitez pas à participer aux diverses visioconférences proposées (dates et liens sur le site de la Fondation, sur les réseaux sociaux ou sur demande à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).


Le 10 février 2023, a eu lieu au ministère de la Justice la signature d’une convention nationale relative au déploiement du chien d’assistance judiciaire entre le ministère de la Justice Eric Dupont Moretti, l'association Handi'Chiens, qui forme ces animaux, la fédération France Victimes avec Maryse LE MEN, Présidente, ainsi que la Société Protectrice des Animaux (SPA). La signature s’est faite également en présence de Sabrina BELLUCCI, Directrice de l’Association VIADUQ – France Victimes 67, accompagnée de Orphée, Chien d’assistance judiciaire de Strasbourg, pour lequel l’association est référente.

Depuis 2019 - à Cahors pour commencer -, 10 chiens d’assistance judiciaire accompagnent déjà des victimes mineures dès le début de la procédure, au cours de l'instruction et jusqu'à son aboutissement lors d'un éventuel procès.

4 chiens d’assistance judiciaire ont pour référente une association d’aide aux victimes France Victimes, laquelle l’accompagne au quotidien pour aider les victimes, notamment les enfants, à passer des caps difficiles dans une procédure où libérer la parole, témoigner peut s’avérer compliqué.

L’objectif du ministère de la Justice, formalisé via cette convention-cadre qui s’accompagnera systématiquement de protocoles locaux organisant concrètement l’activité du chien d’assistance judiciaire, est de généraliser son recours, avec 1 chien d’assistance judiciaire par département d’ici 2 ans.


 

La Française des Jeux (FDJ) exploite et commercialise en France les jeux de loterie et de paris sportifs. Elle dispose de 30 000 points de vente répartis sur l’ensemble du territoire, outre-mer compris. 

Déjà impliquée dans l’accompagnement de ses détaillants et salariés victimes avec la mise en place d’aide financière et disposant aussi d’une cellule d’accompagnement pour ceux se trouvant en difficulté en raison de la crise du Covid, la FDJ souhaite compléter son dispositif d’aide. 

Dans ce cadre, la Française des Jeux s’est rapprochée de France Victimes afin d’être accompagnée par une structure spécialisée pour la prise en charge de ses détaillants et salariés. C’est ainsi que la FDJ et France Victimes ont signé une convention de partenariat en janvier 2023. 

Cette convention prévoit une écoute et un accompagnement juridique, psychologique et social des détaillants et salariés de la Française des Jeux, victimes durant leur travail, d’agressions, de cambriolages, d’attaques à main armée et de catastrophes naturelles type incendie. 


Les victimes disposent ainsi d’une ligne téléphonique dédiée à la FDJ, joignable 7j/7 de 9h à 21h.


« Je souhaiterais vous rapporter mon expérience douloureuse, évidemment singulière, afin d’accroître la connaissance, de me nourrir de cette vague d’indignation publique qui me répare peu à peu et d’apporter ma pierre à votre mission afin que les enfants de demain soient mieux protégés que ceux de ma génération ». 

Voici la citation d'une personne victime qui ouvre le rapport de la Ciivise après deux de travail, d'auditions publiques, de recueil de témoignage (21 288 en tout), de consultations d'experts. 

À chaque rencontre de la Ciivise sur le territoire avec le public, les associations France Victimes étaient présentes pour accompagner les suites des prises de paroles, et proposer une écoute, une aide face aux violences, notamment s’agissant de l'accompagnement judiciaire.

Cette semaine, 23 au 25 janvier, la CIIVISE s'est rendue à Fort de France et l'association ADAVIM-France Victimes Martinique a été associées aux rencontres.

Un an après le lancement de l'appel à témoignages de la CIIVISE, le Gouvernement a annoncé mercredi 21 septembre 2022, la mise en place de premières mesures pour : mieux prévenir les violences sexuelles ; mieux repérer les violences sexuelles ; mieux prendre en charge les enfants victimes. 

Par aileurs, en matière de prévention et de repérage, la Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de Enfance, a annoncé la mise en œuvre d'une grande campagne nationale sur les violences sexuelles faites aux enfants (préconisation 20), ainsi que la création d'une cellule de conseil et de soutien pour les professionnels au contact des enfants (préconisation 3). 

En matière d'accompagnement et de prise en charge des enfants victimes Charlotte Caubel a également évoqué la suspension de l'autorité parentale (préconisation 13), le Garde des sceaux a pour sa part annoncé des réflexions sur le retrait de principe de l'exercice de l'autorité parentale en cas de condamnation d'un parent pour violences sexuelles sur son enfant (préconisation 14), ainsi que l'accompagnement de l'enfant, de façon personnalisée et attentionnée, tout au long du processus pénal. La Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'Enfance, a également évoqué la prise en charge des soins pour les enfants victimes (préconisation 15) et la meilleure prise en compte de l'intimité corporelle des enfants par les professionnels (préconisation 17). 

Elle s'est également engagée au déploiement sur l'ensemble du territoire national des unités d'accueil et d'écoute pédiatriques (UAPED, préconisation 7).

Lire le rapport et les chantiers à venir de la Ciivise.