Capture decran 2017 11 30 a 10.30.31

Dispositif national d'assistance aux victimes de cybermalveillance 

Incubé par l’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d'information) en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, le dispositif d'aide est désormais piloté par le Groupe d'Intêret Public (GIP) ACYMA dont France Victimes en devenu membre fin 2017.

Avec l’augmentation du nombre d’attaques informatiques, notamment de types rançongiciel et hameçonnage, la prévention et l’assistance portées aux victimes d’actes de cybermalveillance constitue un objectif prioritaire du gouvernement auquel s'associent France Victimes mais aussi e-Enfance pour les enfants et ados, et des entreprises du secteur. 

Particuliers, entreprises, collectivités terrioriales contre la cybermalveillance

Cybermalveillance.gouv.fr s’adresse gratuitement aux particuliers, aux entreprises et collectivités territoriales (hors OIV - Opérateurs d'importance vitale) et a pour objectifs :

  • la mise en relation des victimes via une plate-forme numérique avec des prestataires de proximité susceptibles de restaurer leurs systèmes ;
  • la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique ;
  • la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.

Engagée dans la prévention du risque numérique, avec la volonté de mieux accompagner les cyber victimes, France Victimes se veut également le porte-voix de ses associations locales, pour améliorer la prise en charge des victimes d'actes de cybermalveillances.  

France Victimes fait partie du collège « Utilisateurs » du GIP ACYMA «  Agir contre la CYberMAlveillance ».  

Au quotidien, les associations France Victimes accueillent des personnes victimes d'infractions commises en ligne (escroquerie, usurpation d'indentité) et également des personnes victimes de nouvelles formes de victimations (infraction aux faux supports techniques, rançongiciel...). 
S'il est important de pouvoir être accompagné lorsqu'on est victime, il est nécessaire d'apprendre à se prémunir pour sécuriser ses usages en ligne et éviter la re-victimisation.

 

Le site Cybermalveillance.gouv.fr a 3 fonctions :

- une fonction d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance via un parcours pour être aidées techniquement (prestataire) et dans leurs droits.

- une fonction d’information et de sensibilisation sur la sécurité numérique.

- une fonction d’observation du risque numérique.

Dans le 1er volet du kit, il y a un fait spécifique « le hameçonnage » qui implique potentiellement des qualifications pénales : escroquerie ; collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite ; accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données ; contrefaçon et usage frauduleux de moyens de paiement ; usurpation d’identité ; contrefaçon des marques… Pour ce type de faits, l’association FV peut donner un certain nombre d’éléments et informations aux victimes : Faire opposition ; déposer plainte ; changer immédiatement les mots de passe ; signaler à des organismes (signal-spam.fr ; phishing-initiative.fr ou encore Info escroqueries 0 805 805 017 N° gratuit).

Dans ce kit, il y a également des éléments qui permettent d’éviter une re-victimation, comme :

- Bien gérer ses mots de passe,

- Comment sécuriser ses appareils mobiles,

- Mieux sécuriser ses usages numériques personnels et professionnels.

Ces informations peuvent également éviter une victimation, et elles peuvent servir à nous tous, associations, institutions, collectivités... pour les usages professionnels mais aussi chacun d’entre nous à titre personnel.

Le GIP ACYMA a travaillé sur un 2e volet du Kit de sensibilisation sur 5 thématiques :
- 2 faits susceptibles d’incrimination : les Rançongiciels et les Arnaques au faux support technique ;

- 2 sujets pour mieux maîtriser sa sécurité numérique : les Mises à jour et les Sauvegardes ;

- 1 thématique plurielle : la question des Réseaux sociaux

Les 2 parties du kit de sensibilisation ont été réunies : pdf un kit de sensibilisation aux risques numériques (6.38 MB) .

Une campagne TV et digitale menée avec l'INC (https://www.cybermalveillance.gouv.fr/nos-articles/campagne-de-sensibilisation-tv-medias/) a été lancée en octobre 2018.

Un webinar de 8 minutes consultable à l'adresse suivante : https://www.inc-conso.fr/content/cybersecurite-comment-proteger-son-materiel-informatique-et-ses-donnees-personnelles-2 .

 

Comment se protéger en ligne ?

Téléchargez les fiches thématiques ci-dessous pour mieux comprendre les risques et savoir quoi faire pour vous protéger contre la cybermalveillance.

Connaître les risques et ses droits

  • L’hameçonnage est une technique frauduleuse destinée à leurrer l’internaute pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mots de passe…) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance.
    pdf Le hameconnage : fiche pratique
    (565 KB)
  • Un rançongiciel est un logiciel malveillant qui bloque l’accès à l’ordinateur ou à des fichiers en les chiffrant et qui réclame à la victime le paiement d’une rançon pour en obtenir de nouveau l’accès. La machine peut être infectée après l’ouverture d’une pièce jointe, ou après avoir cliqué sur un lien malveillant reçu dans des courriels, ou parfois simplement en naviguant sur des sites.
    pdf Rançongiciel : fiche pratique (573 KB)

Pour ces infractions, n'hésitez pas à vous faire aidé par le réseau France Victimes pour aller déposer plainte : N° 116006 (appel et service gratuits).

Adopter les bonnes pratiques