Actualités

La fédération France Victimes ainsi que tous les professionnels de l’aide aux victimes vous transmettent leurs meilleurs vœux. 

Que cette nouvelle année apporte santé, bonheur et solidarité. 

France Victimes continuera à œuvrer, à vos côtés, pour renforcer et améliorer encore le soutien et l’accompagnement des personnes victimes.


 

La Fédération participe au projet INFOVICTIMS III, mené par l’association d’aide aux victimes portugaise APAV : ce projet sur 24 mois, impliquant 9 pays de l’Union Européenne, a pour but d’intégrer au site internet international infovictims.com un volet relatif à la France et aux droits des victimes en France.

Ce site, disponible en anglais et en français, recensera toutes les informations utiles aux victimes en France, que ce soit des informations sur leurs différents droits, présenter les acteurs de l’aide aux victimes, des contacts utiles, ou encore des schémas pour leur expliquer la salle d’audience.

Une application sera également développée, reprenant le site internet et incluant un système de géolocalisation permettant à la victime d’identifier autour d’elle les services qui pourraient lui être utiles.

Les 15 et 16 novembre 2021, les partenaires du projet Infovictims III se sont réunis à Athènes pour discuter des progrès réalisés dans le cadre du projet et planifier les tâches à venir pour la deuxième année de mise en œuvre.

Le second jour, les partenaires ont eu l'honneur de rencontrer des représentants du gouvernement grec pour leur présenter le projet Infovictims III, se renseigner sur les politiques et actions mises en œuvre en Grèce dans le domaine des droits des victimes, et engager une discussion fructueuse sur les défis et les bonnes pratiques dans la transmission d'informations aux victimes d’infractions. Plus précisément, l'équipe du projet a rencontré et discuté avec M. Thanos Panagiotou, directeur du bureau du Vice-Ministre de la Justice, le lieutenant Maria Sophia Kiriakou, cheffe du département des violences conjugales de la police hellénique, et Mme Chryssa Papaiakovou, conseillère juridique au cabinet du Vice-Ministre du travail et des affaires sociales.

L'événement a été co-organisé par la European Public Law Organisation (EPLO) et l'association portugaise d'aide aux victimes (APAV), avec également la participation de l’Institute for Advanced Studies de Vilnius, de l’Irish Council of Civil Liberties, de France Victimes, de l’Association Onlus Libra, de Weisser Ring Germany, de Bily Kruh Bezpeci, de Subvenia Victima et de Victim Support Europe.

Le projet Infovictims III est financé par la Direction Générale de la Justice et des Consommateurs de la Commission européenne.


La CIIVISE 

A été annoncée le 23 janvier 2021 par le Président de la République, une commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE), co-présidée par Édouard Durand, juge des enfants et Nathalie Mathieu, directrice générale de l’association Docteurs Bru.

La lettre de mission, signée par le secrétaire d’État chargé de la famille et de la protection de l’enfance prévoit d’« accompagner un changement de société, pour permettre à la France de s’engager de manière déterminée pour une protection des mineurs, par l’instauration d’une culture de la prévention et de la protection. ».

Le 11 mars 2021, la commission est installée par Adrien Taquet pour une durée de deux ans afin de formuler des recommandations pour mieux prévenir les violences sexuelles et mieux protéger les enfants victimes et lutter contre l’impunité des agresseurs.

Ses objectifs étant d’une part de mieux connaître et faire connaître les violences sexuelles faites aux enfants et sensibiliser à l’ampleur des violences sexuelles faites aux enfants et d’autre part de formuler des recommandations pour renforcer la culture de la prévention et de la protection dans les politiques publiques

À cet égard, sa priorité est d’organiser le recueil de témoignages de victimes, et, pour ce faire, la CIIVISE lance un appel à témoignages à l’attention des personnes ayant été victimes de violences sexuelles dans leur enfance.

Les témoignages des victimes permettront à la commission de repérer les mécanismes des violences, la stratégie des agresseurs et la réponse des institutions. C’est à partir de ces témoignages que seront formulées ses préconisations à l’attention des pouvoirs publics (prévention, repérage, protection et soins pour les victimes, sanction des agresseurs).

DU LUNDI AU VENDREDI DE 10H00 A 19H00 VOUS POUVEZ APPELER LE 0 805 802 804 Appel anonyme et gratuit (inaccessible depuis l’étranger)*

D’OUTRE-MER VOUS POUVEZ AUSSI APPELER LE 0 800 100 811 Appel anonyme et gratuit (y compris depuis l’étranger)*

 

Un premier avis et un colloque

Un premier avis a été rendu publique le 27 octobre 2021, pour le découvrir c’est ici : https://www.ciivise.fr/les-travaux-avis/avis/

Deux mois après le lancement de l’appel à témoignages, la commission présentera à l’occasion d’un colloque les premiers enseignements tirés de la parole des victimes et de l’audition des experts.

Pour consulter le dossier presse, veuillez cliquer sur le lien : https://www.ciivise.fr/wp-content/uploads/2021/11/DP_colloque_1711_VF_compressed.pdf

Pour revoir le colloque en ligne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLTKV0YGzVnRmK0S73GStYF_FIFQ-QBdJC

 

Ou retrouver la CIIVISE ?

La CIIVISE se déplacera le 11 janvier 2022 de 17h à 19h à Lille afin d’y rencontrer des victimes, leurs proches mais également des acteurs de terrain.

Pour toutes informations veuillez cliquer ici : https://www.ciivise.fr/les-rencontres-de-la-ciivise/


 

Le 10 novembre 2021, la fédération France Victimes signe une convention avec l’Association des Maires de France et le président François Baroin, pour une prise en charge des maires et élus locaux qui font l’objet de violences physiques et verbales.

En effet, depuis la mort du maire de Signes dans le Var percuté par une camionnette après être intervenu pour mettre fin à un dépôt sauvage de gravats en août 2019, il y a eu une montée de violences auprès des élus et plus particulièrement contre les maires et élus locaux.

En 2020 ont été recensées près de 1 300 agressions, menaces ou insultes contre ces derniers, ce qui est 3 fois plus que l’année précédente.

Avec son réseau de 130 associations agréées par le ministère de la Justice présentes sur l’ensemble du territoire français, France Victimes proposera un accompagnement juridique, psychologique et social personnalisé aux élus victimes, au plus près de leur lieu de vie. Dans chaque département, France Victimes désignera également un référent « élus » qui sera dédié plus spécifiquement aux problématiques touchant les élus et qui sera le point de contact pour chaque association départementale du réseau AMF. Elle mènera aussi des actions de sensibilisation locales et ciblées à destination des collectivités locales.

« France Victimes accompagne tous types de victimes. Les violences n’épargnent personne et nos représentants sont de plus en plus souvent des cibles. Protéger les élus et les accompagner lorsqu’ils sont agressés ou menacés dans l’exercice de leur fonction est essentiel pour la sauvegarde de notre démocratie. » indique Jérôme Moreau, vice-président et porte-parole de la fédération France Victimes.

 

Retrouvez le communiqué de presse ici :  pdf Convention entre l’Association des Maires de France et la fédération France Victimes (156 KB)


 

En France, le taux de suicide est l’un des plus élevés des pays européens, et constitue la deuxième cause de mortalité des 10-25 ans après les accidents de la route.

Un numéro national de prévention du suicide gratuit a été mis en place dans le cadre du Ségur de la santé, dans la continuité de la feuille de route santé mentale et psychiatrie de 2018. Cette ligne d’appel nationale constitue une réponse essentielle à l’enjeu de l’accès et du maintien du lien avec le système de soins des personnes en souffrance.

Le 31 14 est entré en fonction le 1er octobre 2021, et fonctionne sur l’ensemble du territoire, 24H/24 et 7J/7. Il est assuré par des professionnels de soins spécifiquement formés pour assurer des missions d’écoute, d’évaluation, d’orientation et d’intervention, au sein de centres régionaux répondants situés dans des établissements de santé, et en lien notamment avec le SAMU. Il est également au service des professionnels de santé désirant en savoir plus sur la prévention du suicide ou ayant besoin d’un avis spécialisé.

Ce nouveau service permet la prise en charge sanitaire des personnes ayant des idées suicidaires, depuis les premières idées de mort jusqu’à la crise suicidaire.

La stratégie nationale de prévention du suicide de la France se complète avec ce numéro, et conformément à la préconisation de mise en place d’une stratégie globale de prévention du suicide de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la France propose désormais quatre directions complémentaires associant les parties prenantes concernées (associations, experts, chercheurs, professionnels) :

  • Le dispositif VigilanS (http://dispositifvigilans.org) de veille et recontact des personnes ayant fait une tentative de suicide dans les suites de leur sortie des urgences ou d’une hospitalisation.
  • Des formations à la prévention du suicide de professionnels de santé (évaluation du potentiel suicidaire et intervention de crise suicidaire) et le déploiement de réseaux Sentinelles ; formation des médecins généralistes à la prise en charge de la dépression, incluant le repérage du risque suicidaire.
  • La prévention de la contagion suicidaire (dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans les lieux publics ou les institutions (https://papageno-suicide.com)
  • La mise en place du 3114, le numéro national d’appel pour les personnes en détresse psychique.

 

Une campagne nationale de sensibilisation contre les violences sexuelles sur mineurs et notamment l'inceste à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant a été lancée par la Gendarmerie de l'Hérault, soutenue par la Gendarmerie nationale et Face à l'inceste, avec le partenariat en particulier de la fédération France Victimes. 

Afin d’atteindre un large public, trois spots vidéos ont été dévoilés ce 20 novembre 2021 sur les réseaux sociaux de Face à l’inceste, la Gendarmerie Nationale, le 119, France Victimes et la FF-CRIAVS.

Chacune de ses vidéos délivre un message différent :

  • Pour le 119, l’intérêt est d’inviter les témoins et les personnes proches d’un enfant victime présumé à appeler le numéro afin d’alerter sur un enfant en danger.

Pour découvrir le spot, c’est ici.

  • Pour la fédération France Victimes, la mission est de rappeler que nous sommes là, avec le 116006 numéro d’appel national pour écouter et mettre en lien les victimes avec notamment les associations France Victimes, formées pour mieux accueillir leur parole et les accompagner dans les démarches et procédures judiciaires.

Pour découvrir le spot, c’est ici.

  • Pour le 0806 23 10 63, l’objectif est d’interpeller les personnes attirées sexuellement par les enfants pour prévenir tout passage à l’acte, en composant le numéro STOP 0806 23 10 63.

Pour découvrir le spot, c’est ici.

Chacun de ces spots est un rappel : les victimes ne sont plus seules et il existe différents moyens pour sortir de ces situations.

Julien MASDOUA, acteur dans la série quotidienne diffusée sur France 2 Un si grand soleil et parrain de l’association Face à l’inceste, prête son image et sa voix pour ces trois clips réalisés à l’initiative de la Gendarmerie de l’Hérault et tournés à Montpellier en juillet dernier.


 

Suite à la publication du 24 novembre 2021, d’une tribune signée par plus de 6 000 magistrats et greffiers, pour dénoncer les conditions de travail dégradantes et un mal-être de plus en plus présent, un appel à une mobilisation a été lancé dans toute la France mercredi 15 décembre 2021 à l’ensemble des professionnels de la justice afin de faire entendre leurs voix.

La fédération France Victimes et son réseau se sont mobilisés ce 15 décembre 2021 avec les magistrats, greffiers, auditeurs de justice, avocats devant le ministère de l’Économie et des Finances pour montrer sa solidarité auprès du personnel judiciaire, partenaire quotidien essentiel des Associations d’Aides aux Victimes, qui ne peut plus exercer ses missions dans des conditions dignes pour eux-mêmes et surtout pour les justiciables (manque de temps, manque de moyens etc.). 

"Par ricochet, ces difficultés se font également ressentir pour les 130 associations de France Victimes, qui participent à la politique publique d'aide aux victimes depuis plus de 40 ans ", indique la fédération dans une note aux rédactions. 

Le Réseau associatif a répondu aussi à l'appel à cette solidarité de la Fédération en rejoignant le mouvement des magistrats à Lille, Lyon, Tours, Nevers, Saint-Nazaire...


2021 1709 Formation ref eve co ensble

Le vendredi 17 septembre 2021, le SADJAV a accueilli dans l’auditorium du Millénaire les référents « crises majeures » des associations d’aide aux victimes du réseau France Victimes pour une journée de formation et d’échanges sur leurs missions.

Cette journée, co-organisée par le SADJAV et France Victimes, s’est ouverte sur la présentation de la politique publique d’aide aux victimes, puis sur la présentation de la cellule interministérielle d’information du public et d’aide aux victimes (Infopublic) activable depuis le 1er juillet 2020 en cas de crise majeure sur le territoire national, complétée par une présentation par la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes représentée par Rémi Favier, du projet SIVAC (Système d’information Interministériel des Victimes d’Attentats et de Catastrophes).

Elle s’est poursuivie par de riches retours d’expériences de magistrats particulièrement concernés par la prise en compte des victimes en situation de crise majeure : Julie Holveck, ancienne vice-procureure et référente « victimes » du Parquet National Anti-Terroriste, notamment en charge de l’enquête des attentats des 7-8 et 9 janvier 2015, et Julien Heuty, ancien Secrétaire général adjoint auprès de la Procureure générale de Paris en charge de l’organisation du procès des attentats de Paris du 13 novembre 2015.

Toutes les étapes de la prise en compte des victimes par l’institution judiciaire, de la crise jusqu’à l’organisation du procès, ont ainsi pu être mises en lumière.

L’après-midi, les associations d’aide aux victimes ont pu échanger sur leurs retours d’expériences de terrain. Ce fut le cas notamment de l’association d’aide aux victimes de Montluçon suite à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine d’octobre 2020, de l’association REMAID France Victimes 26 suite à l’attentat de Romans-sur-Isère d’avril 2020, et également de l’AVIPP dans le cadre de l’accompagnement des familles des victimes de l’incendie du Cuba Libre à Rouen d’août 2016, et ce jusqu’au procès.

Enfin, cette formation qui a également accueilli comme invitées deux représentantes de Victim Support Europe, a été l’occasion de présenter les outils opérationnels de coopération internationale au bénéfice des victimes, mais aussi les travaux du Centre européen d’expertise pour les victimes de terrorisme, ainsi qu’une mise en perspective des pratiques françaises en matière de terrorisme avec les normes européennes avec Isabelle Sadowski, directrice juridique et de la coordination de l'aide aux victimes de France victimes.

Merci au Sadjav pour ce compte-rendu et son utilisation.


 

 

Dans une capsule vidéo, explication sur la justice réparatrice au service des violences à caractère sexuel, dans le cadre de la campagne « Sans oui, c’est non ! ».

Cette campagne a divers objectifs, notamment celui de sensibiliser et de prévenir la communauté universitaire face aux problématiques des violences à caractère sexuel et de démontrer l’importance de ce qu’est le consentement. Et aussi de permettre aux personnes d’avoir les bons outils en mains afin d’avoir le meilleur comportement lorsqu’elles sont témoins de violences sexuelles et ainsi faire connaître les ressources médicales, légales et psychosociales.

Elle y aborde les bienfaits d’une nouvelle modalité pour accompagner les personnes qui sont dans les situations de violences à caractère sexuel, et explique ce qu’est la justice réparatrice et ce qu’elle peut apporter aux victimes et aux personnes qui les ont agressées.

La justice réparatrice, est une intervention basée sur l’accompagnement, l’écoute et la bienveillance, et, est une option supplémentaire pour aider les personnes aux prises avec des situations d’agressions ou de harcèlements à caractère sexuel.

Catherine Rossi est professeure à l’École de travail social et de criminologie à l'Université Laval à Québec et responsable de l’équipe Violence justice des Recherches appliquées et interdisciplinaires sur les violences intimes, familiales et structurelles (RAIV) dont Olivia Mons porte-parole de la fédération France victimes est membre.  

Pour voir la video, c'est ici !


 

La « victime » est une valeur fondatrice de la culture occidentale. Dans le même temps, la personne victime fait partie de notre quotidien au travers des médias et de nos discussions lorsque l’actualité tragique interpelle et bouleverse nos certitudes. Pourtant son approche scientifique est relativement récente.

L'Université de Liège vous invite à découvrir son nouveau MOOC (Massive Open Online Course) intitulé : VictimeS - Introduction à la victimologie. Ce cours propose, dans un premier temps, d’analyser selon une approche socio-historique les contours du concept de victime qui définissent la perception que nous en avons aujourd’hui. Dans un second temps, ce cours aborde sous l’angle criminologique et psycho-médico-légal les différentes formes de victimisation, la question du traumatisme psychique et les moyens institutionnels et thérapeutiques pour venir en aide aux victimes.

Il propose une analyse fine des concepts et des notions-clés de la victimologie. Il est l’occasion aussi de comprendre les mécanismes d’aide aux victimes qui sont mis en place dans les pays francophones (belge, français, suisse et canadien).

Le MOOC est ouvert à tous et toutes gratuitement.

Informations et inscription : https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/victimes-introduction-la-victimologie/">https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/victimes-introduction-la-victimologie/  

Retrouvez le teaser du MOOC sur Youtube par ici : https://youtu.be/MNjv6_q1Ek0  

Retrouvez le communiqué de presse ici :  pdf Communiqué de presse MOOC Victimologie (1.25 MB)