Actualités

loupeCe projet de recherche universitaire est mené par deux psychologues travaillant au sein de l'association France Victimes de Marseille, l’AVAD 13.

Elles exercent par ailleurs une activité de recherche à l’Université d’Aix-Marseille. C'est dans ce cadre qu'elles souhaitent évaluer l’impact du récit traumatique sur les professionnels intervenant auprès de victimes d’infractions pénales. Un formulaire de questions est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous. Le questionnaire s'adresse bien exclusivement aux professionnels accueillant des victimes d'infractions pénales, mais tout professionnel, quelle que soit sa fonction.

Comment les professionnels de la prise en charge du traumatisme psychique mobilisent leurs ressources ?

Votre participation à cette recherche consiste simplement à répondre à un certain nombre de questions.
Vous pourrez revenir et modifier vos réponses tant que vous n’aurez pas cliqué sur le bouton « envoyer », cette action validant votre envoi.
Vos réponses resteront confidentielles et aucun nom ou lieu susceptibles de vous identifier ne seront mentionnés.

Sachez qu'il n'y a pas de bonnes ni de mauvaises réponses, nous vous demandons donc d'être le plus sincère et le plus précis possible dans les réponses que vous allez fournir.
Votre participation est très importante.

Merci du temps accordé pour partager avec nous votre expérience et faire avancer la recherche.


Inauguration de l'EIA Paris 2018


France Victimes était présente à l'inauguration du nouvel espace d’information et d’accompagnement (EIA) des victimes d’acte(s) de terrorisme animé par son association parisienne PARIS AIDE AUX VICTIMES. Ce dispositif partenarial expérimenté après les attaques terroristes de novembre 2015 a démontré sa pertinence, tout comme à Nice où l'association France Victimes MONTJOYE anime cet espace pour les victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.


Elisabeth Pelsez, déléguée interministérielle à l’aide aux victimes, en présence du préfet François Ravier, secrétaire général de la préfecture de région d’Ile-de-France, préfecture de Paris, de Madame Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris, des représentants des chefs de la cour d’appel de Paris et de Monsieur Francois Molins, procureur de la République de Paris, a procédé à l’inauguration de ce nouvel espace d’information et d’accompagnement (EIA) des victimes d’acte(s) de terrorisme de Paris. Cet EIA acceuillera également en plus des victimes d'attentats, toutes les victimes d'événements collectifs, accidents, catastrophes naturelles.

L'EIA regroupe sur un même lieu des juristes, des psychologues et des assistantes sociales dédiés entièrement aux victimes et à leurs proches. L’équipe pluridisciplinaire de l’association « Paris Aide aux Victimes » est chargée d’accueillir et d’informer les victimes sur leurs droits, de les accompagner dans leurs démarches et de leur proposer un soutien psychologique.

Les volontés conjuguées du ministère de la Justice, de la mairie de Paris et de la préfecture de région Ile-de-France permettent de pérenniser ce dispositif et de l’inscrire dans la durée. Ce nouvel espace d’information et d’accompagnement est situé au 18 rue Poliveau, Paris 5ème. Il est ouvert tous les jours de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00. Contact : par mail

 


13954091.jpg

Depuis la nuit du jeudi 14 décembre 2017, les équipes de France Victimes (France Victimes 66 et d'autres professionnels de la région) sont auprès des familles de victimes, à l'hôpital de Perpignan aux côtés de la CUMP (cellule d'urgence médico-psychologique), à la Mairie de Saint-Féliu d'Avall, au siège de l'association à Perpignan.

Cet accident qui a coûté à ce jour la vie à 6 enfants et a fait de très nombreux blessés physiques et psychologiques pose de nombreuses questions : techniques, judiciaires et également en termes d'aide et d'accompagnement des victimes dès les premières heures du drame, et sur la durée.

France Victimes 66 est à la disposition des victimes dans les Pyrénées Orientales, à la mairie de Saint Féliu d'Avall pour établir un état des lieux des différentes problématiques qui se posent aux victimes et à leurs familles : question de pertes de revenus pour des parents qui sont au chevet de leur enfant blessé, de prise en charge des trajets ou des frais d'hôtel pour des parents qui sont au chevet de leur enfant à Montpellier ou Toulouse, question d'aménagement de la maison pour les enfants qui garderont des séquelles très invalidantes, question pour se contituer partie civile, à quoi cela sert ? est ce que je dois le faire immédiatement ?

France Victimes 66 (Adavip) est à la disposition des familles et des jeunes victimes pour une écoute empathique, un accompagnement au quotidien sur toutes les questions qu'elles peuvent se poser.

Un coordinateur interministériel national, Philippe Cèbe, a été nommé afin de prendre en considération tous les aspects de l'aide aux victimes. Une fiche "repères sur vos droits" a été conçue pour donner les coordonnées des acteurs principaux de l'aide aux victimes. France Victimes travaille avec les autorités de l'Etat, avec les assureurs et toutes les parties prenantes auprès des victimes, en liens étroits avec le coordinateur national M. Cèbe. 

Pour avoir une écoute et joindre les associations proches de chez vous, le numéro national d'aide aux victimes : 01 41 83 42 08 // Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

France Victimes logo 08


Aujourd'hui, 21 décembre 2017, France Victimes a reçu la déléguée interministérielle à l'aide aux victimes, Elisabeth Pelsez accompagnée de son responsable de la communication. Cette visite fut l'occasion de présenter l'équipe de la fédération et notamment l'activité de la plateforme téléphonique d'aide aux victimes. 

France Victimes et la DIAV ont pu échanger sur de nombreux projets à venir tels que le service national d'urgence ou encore l'agrément des associations. 


1865696218.jpg20171221_095431.jpg


levothyrox
Après Nevers, Le Puy en Velay, ce sont toutes les associations d’aide aux victimes France Victimes qui se mobilisent pour informer et accompagner les malades de la thyroïde qui ont pris la nouvelle formule de ce médicament qui auraient des effets secondaires très préoccupants.
Des centaines de plaintes ont d’ores et déjà été déposées partout en France, le pôle Santé publique du Tribunal de Grande Instance de Marseille a ouvert une enquête préliminaire, mais ce sont avant tout des personnes inquiètes et désemparées qui sollicitent l’aide des associations locales France Victimes pour être accompagnées dans leur parcours.

France Victimes souhaite donner à toutes les personnes un certain nombre d’informations :

1- L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis un N° vert en place pour informer les utilisateurs suite au changement de formule du Lévothyrox® : 0800 97 16 53 (lundi à vendredi de 9h à 19h).

2- Le Conseil national de l’ordre des Médecins a rédigé une lettre circulaire rappelant à tous les médecins sollicités par leurs patients qu’ils ne peuvent refuser de rédiger un certificat médical, indiquant a minima qu’ils ont prescrit le Lévothyrox®. 

3- Le TGI de Marseille (pôle Santé publique) a édité un formulaire-type avec les pièces à fournir pour accompagner le dépôt de plainte et faciliter le recueil de l’audition des victimes.

Toutes ces questions sont complexes ; les procédures risquent de plus d’être longues ; nous invitons ainsi tou.te.s les patient.e.s concerné.e.s par la prise ce médicament à contacter le 08Victimes pour être mis.e.s en lien avec leur association locale France Victimes, dont les services sont gratuits :

France Victimes logo 08

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


DLeAu1bX4AAERmR
Vendredi 6 octobre, Nicole Belloubet et Edouard Philippe ont présenté, à Nantes, les cinq chantiers de la justice pour le quinquennat. Avec une hausse de 3,9% en 2018 par rapport à 2017, le budget de la Justice tend à évoluer chaque année jusqu'en 2020.

Afin de mener ces nouvelles réformes, le Gouvernement a souhaité adopter une méthode collaborative avec des acteurs de terrain qui feront remonter aux ministères concernés leur expérience et leurs initiatives. Les conclusions des travaux seront remises le 15 janvier 2018, et les résultats intégrés dans un projet de loi de programmation pour la justice 2018 – 2022.


"Dans un État de droit rien n’est possible sans une justice forte. Si elle est lente, lointaine ou inégalitaire, ou même seulement trop complexe, la confiance se trouve fragilisée."

Édouard Phillippe, Premier ministre


Les 5 chantiers pour la transformation de la justice 

1. La transformation numérique : un plan de transformation numérique sera conduit autour du portail justice.fr, qui permettra notamment de faciliter les procédures en ligne des justiciables.

2. L’amélioration et la simplification de la procédure pénale : la procédure pénale protège, mais elle pèse aussi sur le quotidien des forces de l’ordre, des parquets et des juges du siège. Une consultation des acteurs de terrain sera menée dans les cours d’appel pour proposer des solutions de simplifications et d'amélioration de la procédure pénale.

3L’amélioration et la simplification de la procédure civile : un groupe de travail associant magistrats, universitaires et avocats lancera une réflexion nouvelle pour simplifier la procédure de première instance autour de deux grandes procédures : une procédure avec avocat obligatoire pour les affaires complexes et l’autre sans avocat pour les contentieux du quotidien.


4. Adaptation de l'organisation judiciaire : une mission sera chargée de mener une concertation autour de la carte judiciaire tout en préservant le maillage actuel. 


5. Sens et efficacité des peines : une réflexion sera conduite pour permettre de renforcer le sens et l’efficacité des peines. Par ailleurs, un plan de construction de 15 000 nouvelles places de prison permettra d’assurer la prise en charge des détenus dans des conditions de plus grande sécurité et de plus grande dignité.

 

France Victimes souhaite que ses réformes puissent avant tout profiter aux victimes.  

pdf Découvrez le dossier de presse du ministère de la Justice concernant les chantiers de la justice (717 KB)  

 


201510241499 fullDéfinition : l'usurpation d'identité est le fait de prendre délibérément l'identité d'une autre personne vivante, généralement dans le but de réaliser des actions frauduleuses commerciales, civiles ou pénales. Cette infraction est prévue et réprimée aux articles 226-4-1 et suivants du Code pénal. L'usurpation d'identité est un délit.

Tout le monde peut se retrouver un jour confronté à une usurpation d'identité, qu’il s’agisse du piratage de son adresse email, d’une fraude bancaire ou d’un vol de papiers. En France, plus de 200 000 personnes seraient victimes d'usurpation d'identité en ligne chaque année*. 

 

Exemple de mode opératoire : L'usurpateur publie une annonce de location d'appartement ou de vente de voiture en ligne. Le prix est en général bien en deça des autres annonces, ce qui va attirer les internautes. Lorsqu'une personne répond à l'annonce, l'usurpateur va alors lui demander de transmettre quelques informations ou papiers d'identités (photocopie carte d'identité, facture EDF, etc.). Pour mettre en confiance sa victime, l'usurpateur va même envoyer "ses" propres papiers d'identité. Il s'agit, évidemment, de ceux de l'une de ses victimes.  

Que peut-on faire avec votre identité ? 

Avec la simple photocopie d'une pièce d'identité et un justificatif de domicile, beaucoup de choses sont possibles. En votre nom, l'usurpateur va pouvoir ouvrir des comptes en ligne et/ou souscrire à des services financiers particuliers (augmentation des plafonds bancaires, souscriptions à des assurances...). Il s'agit souvent de vrais professionnels du domaine qui n'hésitent malheureusement pas à faire d'autres victimes... toujours en utilisant votre identité. C'est une véritable spirale qui s'enclanche : des plaintes peuvent être déposées contre vous et de nombreux problèmes financiers peuvent survenir (interdit bancaire, fichage à la Banque de France, endettement...). L'aspect financier n'est pas le seul, l'usurpateur peut également créer de faux papiers à l'aide de votre identité, bénéficier d'aides sociales ou commettre des délits plus graves. Cette usurpation peut également avoir des conséquences psychologiques sur vous.

 

Prévenir 

  • Ne fournissez jamais une copie de vos papiers d'identité (ou tout autre document permettant votre identification tels que les justificatifs de domicile, les déclarations d'impôts, etc.) à quelqu'un que vous ne connaissez pas personnellement ni à une société qui n'est pas fiable à 100 %. 

  • Surveillez la bonne réception des factures courantes et du courrier en général -
    Un courrier faisant état d'une infraction que vous n'avez pas commise ou d'une souscription à un service que vous ne connaissez pas est un signe qui doit vous alerter.

  • Restez vigilant face au « shoulder surfing » (à ceux qui regardent par dessus votre épaule) : aux guichets automatiques, à la caisse des magasins, au café… 

  • Vérifiez régulièrement la présence de vos papiers d’identité et bancaires sur vous !

  • Assurez-vous de détruire complètement chaque document sur lequel des informations d’identification figurent avant de les jeter.

  • Soyez vigilant face aux appels reçus : certains se présentant comme des instituts de sondage n'ont comme seul objectif de soutirer des informations.

Renforcer sa sécurité numérique, véritable porte d'entrée pour l'usurpation d'identité

  • Protégez votre ordinateur : un pare-feu solide et un programme antivirus complets sont fondamentaux. 
  • Méfiez vous du hameçonnage : L'hameçonnage consiste à vous envoyer des e-mails en apparence classiques, vous demandant de vérifier vos données personnelles telles que des mots de passe, des numéros de carte de crédit ou des détails de sécurité sociale. Il est conseillé de prendre immédiatement contact avec l’organisme concerné (banque, organisme public etc.) avant de répondre.
  • Ne donnez pas de détails sur votre identité accidentellement : effacez toutes vos données avant de changer d'ordinateur !
  • Soyez vigilant lors d’un achat en ligne :
    1/ Vérifiez systématiquement la sécurité du site Internet
    2/ Ne stockez pas de données sur le site en question (cela peut être pratique mais représente un danger en cas de piratage du site en question).
  • Veillez à bien vous déconnecter de tous vos comptes lorsque vous êtes connectés à un ordinateur ou un réseau Wi-Fi public. 

Plus de conseils https://www.cybermalveillance.gouv.fr/tous-nos-contenus/ 


Si cela vous arrive, il faut agir sans attendre

Étape n°1 : annulation bancaire et dépôt de plainte

Contactez tous les fournisseurs de crédit immédiatement et faites annuler vos cartes et tous vos prélèvements (sauf les prélèvements habituels de loyer, éléctricité, etc.) ! L’étape du dépôt de plainte est absolument incontournable, notamment pour justifier de votre bonne foi si les ennuis commencent. Il peut également permettre à la police de commencer à chercher des suspects potentiels. Il faudra idéalement annuler votre pièce d'identité usurpée et en demander une nouvelle.

Rendez-vous au commissariat de police ou à la gendarmerie la plus proche pour déposer plainte contre X pour usurpation d'identité. Vous pouvez également adresser directement votre plainte au Procureur de la République. Il est important de conserver une copie de la plainte car celle-ci vous sera demandée pour la suite de vos démarches notamment auprès de vos organismes bancaires ou des administrations. Un fichier officiel des personnes dont l’identité a été usurpée est créé par la police nationale et accessible uniquement par les forces de l’ordre.

 

Etape n°2 : Vérifier que vous ne faites l’objet d’aucune inscription aux fichiers de la Banque de France.

L’usurpation d'identité peut conduire la victime à se retrouver fichée à la Banque de France. Il est donc important de vérifier auprès de la Banque de France que vous ne faites pas l’objet d’une inscription au Fichier central des chèques (FCC) ou au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP). 




* Sondage exclusif Fellowes / ObSoCo réalisé en 2015 par Internet (panel de Respondi). Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 à 75 ans, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et catégorie d'agglomération.

 

couvfp sarvi

Un numéro vert gratuit pour joindre le SARVI a été mis en place : 08 05 77 27 84. Ce numéro permet aux victimes de joindre directement les gestionnaires SARVI en charge de l'examen des dossiers. 


Prochainement, une FAQ (Foire Aux Questions) autour du SARVI sera proposé sur le site Internet du Fonds de Garantie https://www.fondsdegarantie.fr/. Restez connectés !


L'INAVEM salue le travail accompli par le Ministère de l’Éducation Nationale et la Chancellerie sur le projet de loi relatif à l’information de l’administration par l’autorité judiciaire et à la protection des mineurs et se félicite de son adoption par l'Assemblée Nationale le 6 avril 2016. Cette mesure va permettre une plus grande transparence de l'information judiciaire, dans l’intérêt des victimes.

Le Procureur de la République aura désormais l'obligation d'informer l'administration des condamnations et de certaines mesures de contrôle judiciaire prononcées pour des infractions sexuelles, violentes ou commises à l’encontre de mineurs, à l'encontre des personnes exerçant une activité en contact habituel avec les mineurs.

Cette loi se veut être une réponse au dysfonctionnement révélé notamment dans les affaires de Villefontaine et d'Orgères et doit permettre la mise en œuvre d'un cadre légal clair et précis.
Le principe de précaution est essentiel tout en restant vigilant quand la transmission des informations intervient avant toute condamnation définitive.

Cette disposition vient renforcer les mesures d'aide et de soutien aux victimes apportées par le réseau l'INAVEM à la communauté scolaire victime de violences dans le cadre de la convention signée en 1999 avec le ministère de l'éducation nationale.

 


logo SEAVUn nouveau service public de l'aide aux victimes vient d'être créé par le Sécrétariat d'Etat à l'Aide aux Victimes. Les Comités Locaux d'Aide aux Victimes (CLAV) mis en place dans chaque département, viennent remplacer les Comités Locaux de Suivi Victimes dédiés aux victimes du terrorisme (CLSV). L'objectif est d'étendre le champ d'action et les missions de ces instances en accompagnant TOUTES les victimes de violence.

Les CLAV sont les références locales pour toutes les victimes (d’actes de terrorisme mais aussi d’accidents collectifs, de catastrophes naturelles et de toutes infractions pénales). Les CLAV visent à mettre en place un meilleur suivi des victimes et aussi à améliorer les dispositifs d’aide aux victimes. L'accès à l'information et l'accompagnement dans les démarches administratives sera facilité.

France Victimes se félicite de cette initiative qui permet d'accompagner toutes les victimes et d'améliorer leur prise en charge au quotidien.

 

pdf Pour découvrir le communiqué de presse sur la mise en place des CLAV, cliquez ici (307 KB)

pdf Pour découvrir le décret relatif aux CLAV du journal officiel, cliquez ici (153 KB)