116006 logo horizontal 640 408

#EnParlerPourAvancer

Inauguré par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, ce mardi 4 décembre 2018 à 8h30, ce numéro a été confié à France Victimes,

la Fédération des associations professionnelles de l’aide aux victimes en France.

Le 116006 est désormais un numéro gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an. Il permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel, en temps réel dans le respect de son anonymat. 

Les missions du 116006 sont :

- Accueillir et diriger toutes les victimes, quels que soient la personne, sa nationalité et son lieu de résidence, vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés à vocation nationale en protégeant son anonymat et sa confidentialité.

- Diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Le 116006 est un numéro plus court, plus facilement mémorisable, harmonisé en Europe. En composant depuis la France le 116 006, les victimes accèderont aux services de France Victimes. Pour les Français à l’étranger, ils pourront joindre cette même plateforme en composant le 00 33 1 80 52 33 76.

Pour compléter le dispositif téléphonique du 116006, France Victimes met à disposition des victimes une Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

En application de la directive européenne du 7 mars 2002 relative à un cadre réglementaire commun pour les réseaux et services de communications électroniques, il remplace le 08VICTIMES.


Le portail national de signalement de violences sexuelles et sexistes est ouvert depuis le 27 novembre 2018.

La Fédération France Victimes et les 3 associations d’aide aux victimes des Yvelines (78) ont été conviées à la cérémonie de lancement, en présence de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner et de la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. 

Lancement plateforme signalement2

Disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce portail permet aux victimes d’entrer en contact par tchat avec des policiers ou des gendarmes formés à la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes. L’accès à ce service est gratuit et sans obligation de déclarer son identité ; il faut uniquement renseigner son code postal. 

Toute victime (femme, homme, mineur ou majeur) ou témoin qui souhaite rendre compte de violences peut se rendre sur le portail, accessible de n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone.

Elles peuvent ainsi être accompagnées vers le dépôt de plainte ou, si elles ne le souhaitent pas, vers des associations d’aide aux victimes.

Accéder à la plateforme de signalement


201811 13 Novemvre Comemorations2

Trois ans après les attentats de Paris et Saint-Denis, France Victimes reste mobilisée, les associations locales continuent à prendre en charge des victimes sur tout le territoire et la Fédération et son association parisienne ont également participé aux dispositifs d’accueil des victimes dans le cadre des commémorations organisées la semaine dernière, le 13 novembre 2018.

En 3 ans :

  • 102 associations du Réseau France Victimes ont rencontré 3 000 victimes des attentats du 13-Novembre. L’Espace d’Information et d’Accompagnement, lieu d’accueil unique pour les victimes d’attentats, tenu par PARIS AIDE AUX VICTIMES, association parisienne de France Victimes, continue d’avoir une activité très importante.
  • 50 % des victimes prises en charge ont été contactées à l’initiative de France Victimes, afin de leur proposer ce soutien de proximité. Seules 5 % des victimes contactées n’ont pas souhaité donner suite au contact établi par l’association.
  • Pour 50 %, ce sont les victimes qui ont sollicité directement l’aide de l’association.
  • Plus de 28 000 entretiens ont été conduits par les associations, dont 50 % d’aide psychologique, 40 % d’ordre juridique et 10% d’écoute et soutien social.

De nombreuses prises en charge sont toujours en cours, ce qui témoigne de l’importance du suivi individualisé et dans la durée, proposé par les professionnels de France Victimes dans toute la France.

Le Réseau France Victimes s’est doté de référents départementaux pour les actes de terrorisme, qui sont les interlocuteurs des autorités et des victimes.

Un sujet très important traité également par France Victimes est celui du retour à l’emploi. Ainsi, la Fédération France Victimes a participé aux tables-rondes organisées par la DIAV au cours de l’année, ainsi qu’au groupe de travail sur ce sujet mis en place  par le Fonds de Garantie.

Elle met, par ailleurs, en œuvre avec ses 130 associations locales, des journées d’information et de sensibilisation entre les référents Pôle Emploi et les associations d’aide aux victimes, sous l’impulsion de la Convention signée entre la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes et Pôle Emploi.

France Victimes et son réseau associatif seront là présents autant que de besoin pour aider et accompagner toutes les victimes de ces attentats.


Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 Novembre permet de se souvenir que les violences faites aux femmes sont inacceptables et que les femmes victimes doivent absolument être prises en considération et accompagnées.

Pour faire cesser ces violences, elles peuvent être aidées selon leur volonté afin de faire valoir leurs droits si elles le souhaitent et quand elles le souhaitent.

Au sein des associations d’aide aux victimes France Victimes, une victime de violences bénéficie d’une compétence juridique, d’un soutien psychologique et social afin d’être accompagnée dans sa réflexion, dans ses démarches et dans sa reconstruction. Les professionnels de France Victimes respectent son rythme et ses difficultés à s'engager dans une procédure. 

ViolencesFemmes

En 2017, 152 094 femmes victimes ont été reçues au sein d’une association d’aide aux victimes en France conventionnées par le Ministère de la Justice, dont 70 % sont membres du Réseau France Victimes.
Au sein des associations France Victimes, 50 % des femmes reçues sont victimes d’atteintes à la personne (viols, agressions sexuelles, violences volontaires, menaces ou injures). 12 % d’entre elles sont victimes de violences conjugales.

Mobilisé tous les jours de l’année pour accompagner et soutenir de manière globale les femmes victimes de violences, le Réseau France Victimes l’est également à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, notamment en rejoignant la grande marche citoyenne contre toutes les violences faites aux femmes, le 24 novembre 2018.

France Victimes est membre de la coalition Make.org, qui porte une réflexion citoyenne contre les violences faites aux femmes et participe a un projet Mémo de Vie qui permettrait de rassembler des éléments (mémos audiovisuels, temoifntémo, documents sécurisés...) pour faciliter la plainte.

 


13Nov

Trois ans après les attentats de Paris et Saint-Denis, France Victimes est mobilisé pour accueillir les victimes lors des commémorations organisées à Paris le mercredi 13 novembre 2018.

En 3 ans, le Réseau France Victimes a rencontré 3 000 victimes des attentats du 13 Novembre. La moitié des victimes prises en charge a été contactée à l’initiative de France Victimes, afin de leur proposer ce soutien de proximité.

Plus de 28 000 entretiens ont été conduits par les associations : 60 % d’aide psychologique et 40 % d’ordre juridique.

102 associations locales sont mobilisées pour la prise en charge des victimes, notamment Paris Aide aux Victimes. De nombreuses prises en charge sont toujours en cours, ce qui témoigne de l’importance du suivi individualisé et dans la durée, proposé par les professionnels de France Victimes sur toute la France.


IMG 20181023 173240

Suite aux inondations d'ampleur survenues dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 octobre 2018 dans l'Aude et à leurs conséquences dramatiques, le Réseau France Victimes s'est immédiatement mis à disposition des autorités et partenaires.

La catastrophe a fait 14 morts et touché plus de 126 communes, pour lesquelles un arrêté portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été pris dès le 17 octobre 2018.

L'association locale, France Victimes 11, a été mobilisée par les autorités locales. Le SADJAV a, quant à lui, alerté la Fédération pour le niveau national.

France Victimes 11 s’est associée à la CUMP pour effectuer des permanences en binôme et des maraudes dans les communes sinistrées (Couffoulens, Trèbes, Saint-Hilaire, Conques, Villalier, Villemoustaussou, etc.), pour aller au-devant des populations et leur proposer écoute, aide dans leurs démarches et soutien de proximité. 

Des renforts des AAV de Toulouse, Foix et Perpignan sont venus aux côtés de France Victimes 11.

L'AAV a contacté les victimes dont elle avait les coordonnées pour leur proposer un soutien. Une majorité de victimes, en attente de la visite de l'expert, n'a pas exprimé de besoins particuliers dans ces premiers temps. 


Cour Appel Paris

Le ministère de la Justice français organise pour les victimes françaises de l’attentat du Bardo une retransmission non interactive du procès qui se tiendra à Tunis. Les audiences des 6 et 13 novembre 2018 seront retransmises en temps réel à la Cour d’appel de Paris. La traduction des débats se fera depuis la Tunisie par 2 interprètes placés en dehors de la salle d’audience. 

La Fédération France Victimes a été réquisitionnée par la Déléguée Interministérielle à l’Aide aux Victimes (DIAV) et le Service de l’Accès au Droit et à la Justice et de l’Aide aux Victimes (SADJAV)  pour informer, organiser et faciliter l’accompagnement des victimes et proches de victimes de l’attentat, dans la perspective du procès.

24 personnes, dont 4 victimes de nationalité française, étaient décédées lors l’attentat perpétré au Musée du Bardo le 18 mars 2015. 45 victimes, dont 6 Français, ont été blessées physiquement, de nombreuses autres psychiquement. France Victimes avait été saisie immédiatement après l’attentat, et les associations du Réseau avaient ainsi été mobilisées.

Une vingtaine de victimes sera vraisemblablement présente à Paris. L’association Paris Aide aux Victimes a été mandatée pour mettre en place un dispositif d’accompagnement les jours de retransmission et sera aux côtés des victimes les 6 et 13 novembre. La Fédération France Victimes sera également présente.


Le changement dans la continuité : nouveau nom, nouvelle gouvernance, nouvelle compétence avec les catastrophes naturelles et l’ouragan IRMA, France Victimes a choisi de partager ses activités pour l’année écoulée en étant plus didactique (Fait marquant, Glossaire) et accessible (couleur, photos).

Vous retrouverez en 5 grandes parties, un rapport circonstancié de nos activités :

1- Le rapport moral et vie institutionnelle + IRMA : une mobilisation hors du commun ;

2- Les engagements de France Victimes (Représentation d’un réseau généraliste d’aide aux victimes – Protection et Prévention, nouvelles formes d’aide – Ouverture permanente vers les autres) ;

3- L’action fédérale d’aide aux victimes (Via le numéro national – Pour les événements collectifs – Autres publics dédiés) ;

4- L’animation et l’accompagnement du réseau associatif (Mieux se connaître et faire évoluer nos métiers – Animation – Accompagnement) ;

5- Le rapport financier.

Bonne découverte ! Bonne lecture !

   pdf Lire le rapport d'activités (5.31 MB)

FV RapportActivite


Projet 37

 

En mémoire des 37 personnes décédées sur les routes de la Drôme l’an dernier, Remaid – France Victimes 26 lance Le Projet [37].

Ce projet de création réunira dans un recueil des œuvres d’art mises en perspective par des témoignages de victimes, personnalités, pompiers et gendarmes. À travers cette initiative, l'association souhaite ainsi sensibiliser la population aux violences de la route.

37 artistes du département (peintres, sculpteurs, photographes), invités à s’exprimer librement sur cette thématique, vont dédier leurs œuvres au projet. Celles-ci composeront une exposition itinérante, présentée en février 2019 à Valence.

Le livre, actuellement en cours d’édition, est disponible en précommande sur le site du projet. Les recettes permettront de financer des actions de prévention et de sensibilisation.

Une autre association du Réseau France Victimes, l'AVEMA - France Victimes 01, sensibilise elle aussi le grand public aux drames de la route grâce à l'art, à travers l'exposition photo sur les victimes de la route "Vies Brisées", initiée par Corinne Sapinet. Présentée dans les salons de la Préfecture de l'Ain en octobre, elle sera visible pour le grand public fin novembre au siège du Crédit Agricole, boulevard Kennedy à Bourg-en-Bresse.

En 2017, les associations du Réseau ont pris en charge 16 367 victimes d’accidents de la route.


meeting

 

Annoncée dans le plan interministériel de l’aide aux victimes par le Premier Ministre fin 2017 et mise en œuvre par la Délégation Interministérielle à l’Aide aux Victimes (DIAV) via un appel à projet national, la création du Centre national de ressources et de résilience (CNRR) est prévue pour la fin de l’année 2018.

Impulsé notamment par les travaux de Françoise Rudetzki, le CNRR est destiné à approfondir la connaissance du psychotraumatisme pour améliorer la prise en charge de l’ensemble des victimes, quelle que soit l’origine du traumatisme (attentats, catastrophes naturelles, accidents collectifs, violences intrafamiliales et autres infractions pénales).

Ses principales missions seront :

- des travaux de recherche,

- la formation dans le domaine du psychotraumatisme,

- l'animation scientifique du réseau des 10 dispositifs de prise en charge.

Le porteur du CNRR s'adossera également à l'une des 10 consultations de prise en charge psycho-traumatique.

2 candidats pour accueillir le Centre national de ressources et des résiliences se sont manifestés auprès de la Fédération France Victimes pour échanger sur les projets, en plus des porteurs des consultations psycho-traumatiques, qui ont souvent associé des associations locales de France Victimes.

L’annonce des projets retenus aura lieu très prochainement.

France Victimes se mettra à disposition du porteur de projet CNRR retenu, ce d’autant plus que la mission des associations France Victimes à l’égard des victimes de psycho-traumatismes de toutes origines sera un complément indispensable à la dimension médicale du psycho-traumatisme et renforcera assurément la pluridisciplinarité de la prise en compte de ce sujet.