Flickr cc by Yuri Samoilov

Le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en application dans toute l’Europe. Son objectif est de protéger vos données à caractère personnel.
 
En tant que personne ayant un intérêt pour la thématique des victimes, partenaire ou interlocuteur privilégié de France Victimes, vous pouvez recevoir notre newsletter et des informations sur notre actualité.

Pour ce faire, nous avons besoin de vous et de votre consentement.

 

UN CLIC SUFFIT POUR RESTER INFORMÉ !

 

Nous utilisons vos données personnelles uniquement pour vous envoyer ces informations et nous ne les transmettons en aucun cas à des tiers. Vous pouvez à tout moment accéder aux données qui vous concernent et les rectifier voire les supprimer en nous adressant un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Par ailleurs, vous pouvez également à tout moment ne plus souhaiter être tenu au courant de notre actualité de manière privilégiée. Nous vous invitons à envoyer STOP en objet à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

 


Retour sur les 32es Assises nationales de l'aide aux victimes

assises estrosi

 

Avec un peu plus de 300 congressistes, les 32es Assises nationales de l’aide aux victimes sur le thème de la prise en charge des victimes d’événements traumatiques collectifs a été un succès. Temps fort grâce à la qualité des intervenants experts, temps fort également par la présence de la ministre de la Justice, qui a salué le travail du Réseau généraliste et professionnel de l’aide aux victimes mené par la Fédération France Victimes. Les édiles locaux, dont Christian Estrosi, ont tenu à marquer leur soutien au travail réalisé par les associations locales, et en première ligne l’association Montjoye, depuis l’attentat du 14-Juillet.

Maryse Le Men Régnier, Présidente de France Victimes, a repris plusieurs lignes de force de l’intervention du Réseau France Victimes, l’éthique et la déontologie dans nos pratiques, l’égalité de traitement des personnes victimes quels que soient les faits subis.

 
Les Assises avaient été précédées la veille par l’Assemblée Générale de France Victimes et par un temps de recueillement au mémorial des Victimes dans le jardin de la Villa Masséna, en présence de nombreux adhérents, de personnes victimes, et d’associations de victimes.

temps memoire victimesNice

Maryse Le Men Régnier et Christian Estrosi notamment lors du temps de recueillement pour les victimes de l'attentat du 14-Juillet à Nice. 

IMG 01681          Mot de Maryse Le Men Régnier dans le livre d'or pour les victimes. 

 

Des Assises nationales très riches en interventions et en débats

L’intervention du sociologue et philosophe belge Jean-Michel Chaumont a permis d’ouvrir le cadre de la réflexion sur la reconnaissance des personnes victimes, et, avec Isabelle Sadowski directrice juridique de la Fédération France Victimes, l’encadrement textuel des droits et de l’aide aux personnes victimes d’un événement collectif a été rappelé.

Attentats, catastrophes naturelles, crashs aériens ou de train, accidents industriels, les associations locales d’aide aux victimes sont amenées à intervenir lors de situations très variées. Leur action de prise en charge des personnes victimes doit se mener dans une coordination nationale et locale, avec les services apportant un soutien juridique, psychologique et social. Ces services gratuits pour les victimes peuvent être mis en œuvre dans des espaces dédiés, comme l’espace d’information et d’accompagnement (EIA) et également dans tous les lieux d’accueil habituels des victimes.

La spécificité du travail social en association d’aide aux victimes a bien été mis en avant par Aurélie Clesse, assistante de service social de l’APAVIM-France Victimes Béarn pour un diagnostic et une évaluation des besoins des personnes. Comment répondre à ces demandes récurrentes en urgence ? La Fédération, par la voix de son directeur général, Jérôme Bertin, a apporté son éclairage sur une cellule d’intervention dans l’urgence s’appuyant sur l’ensemble des associations France Victimes, à différents degrés de mobilisation. Le retour d’expérience évoqué par Bernard Seguin, président d’Harjès 06, partenaire de l’organisation des Assises, sur une réserve de volontaires formés a pu donner des idées en termes d’articulation dans les interventions dans l’urgence.


La seconde journée, ouverte par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a été consacrée à l’évolution de la prise en charge psychologique et du soin psychique, mettant en avant les spécificités du travail du psychologue associatif. Elle a permis également au Professeur Florence Askenazy, cheffe de service de psychiatrie du CHU Lenval, de présenter son étude sur les enfants victimes 2 ans après l’attentat, Philippe Brun, professeur agrégé en droit, de répondre à la question de la reconnaissance des préjudices dans la durée.

  

 

 

ensble GDS AssisesFV2018

                                                                                                                     Arrivée de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, accueillie par Maryse Le Men Régnier, présidente de la Fédération France Victimes 


Enfin, la cheffe du bureau de l’aide aux victimes du ministère de la justice, ainsi que le magistrat délégué à la politique associative de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence ont pu évoquer comment les bénéfices spécifiques aux victimes d’événements traumatiques ont pu ou devraient pouvoir bénéficier à l’ensemble des typologies de victimes prises en considération par les associations France Victimes.

Elisabeth Pelsez, déléguée interministérielle à l’Aide aux Victimes, largement saluée dans son travail en collaboration avec la ministre de la justice, a réalisé une synthèse exhaustive en tant que grand témoin et a donné les avancées du plan interministériel, parmi lesquelles, l’ouverture en octobre prochain d’un centre de ressources et de résilience et d’unités hospitalières pour les victimes traumatisées.

 
Capture decran 2018 06 21 a 15.13.25 Capture decran 2018 06 21 a 15.12.49
 Tweets de Nicole Belloubet et Christian Estrosi sur leur présence aux Assises Nationales de France Victimes.

 

Article de Nice Matin, 'La ministre de la Justice à Nice : "Le budget de l'aide aux victimes a quasiment doublé.

 

 


Capture decran 2017 11 30 a 10.30.31

Dispositif national d'assistance aux victimes de cybermalveillance 

Incubé par l’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d'information) en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, le dispositif d'aide est désormais piloté par le Groupe d'Intêret Public (GIP) ACYMA dont France Victimes est devenu membre fin 2017.

Avec l’augmentation du nombre d’attaques informatiques, notamment de types rançongiciel et hameçonnage, la prévention et l’assistance portées aux victimes d’actes de cybermalveillance constitue un objectif prioritaire du gouvernement auquel s'associe France Victimes mais aussi e-Enfance pour les enfants et ados, et des entreprises du secteur. 

Particuliers, entreprises, collectivités terrioriales, associations : la sécurité numérique pour tous

Le 14 juin, lors d'une conférence de presse en présence de Mounir Mahjoubi, Secrétaire d'état chargé du Numérique, à laquelle Olivia Mons a représenté France Victimes, le dispositif cybermalveillance a publié le premier volet de son kit de sensibilisation. Ce kit vise à sensibiliser aux questions de sécurité du numérique, à partager les bonnes pratiques ainsi qu'à améliorer les usages dans le cadre professionnel. 

Cybermalveillance.gouv.fr, met à la disposition de chacun une plateforme en ligne ainsi que des outils pédagogiques (vidéos, infographies, fiches réflexes, ... ) à télécharger. Gratuit, ce service s’adresse aux particuliers, aux entreprises, aux collectivités territoriales ainsi qu'aux associations d'aide aux victimes.  


Engagée dans la prévention du risque numérique, avec la volonté de mieux accompagner les cyber victimes, France Victimes se veut également le porte-voix de ses associations locales.  Ces outils sont des clés pour nos associations afin de mieux accompagner les victimes d'actes de cybermalveillance et de prévenir la survictimisation.


Ce premier volet publié s'intéresse à 4 thèmes : 

- l'hameçonnage (phishing)

- la gestion des mots de passe

- la sécurisation des appareils mobiles (téléphones et tablettes)

- la sécurité des usages personnels et professionnels


Télécharchez rapidement le premier volet du kit de sensibilisation 

Découvrez les vidéos de ce kit également sur notre chaine Youtube 

 

 

 


  32es Assises Nationales de l'Aide aux Victimes

 
 
Capture decran 2018 03 02 a 15.26.08

Dernières inscriptions : merci de renvoyer le bulletin d'inscription (à télécharger ci-dessous) ainsi que les documents demandés à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. dans les plus brefs délais.  

Les 32es Assises Nationales de l'Aide aux Victimes organisées par France Victimes, les associations Montjoye et Harjès se tiendront à Nice les 19 et 20 juin 2018. 

Nous aurons le plaisir d'accueillir
 Elisabeth Pelsez, déléguée interministérielle à l'Aide aux Victimes en grand témoin sur la totalité du congrès.

L’expérience des événements traumatiques collectifs : quelles évolutions dans l’accompagnement des victimes ?

La survenue de catastrophes d’ampleur inédite et répétée a mis en avant un besoin de prise en charge renforcée des victimes et de personnalisation de leur accompagnement. Nous allons interroger l’expérience de ces événements soudains et traumatiques qu’il s’agisse d’attentats, de catastrophes météorologiques, ferroviaires, aériennes… et constater les évolutions de l’aide procurée aux victimes.

Plusieurs facteurs jouent dans cette prise en charge : le moment de l’intervention, de l’urgence de la crise jusqu’à l’après procès ou la reconstruction d’un territoire, ainsi que la coordination des différents services publics (médicaux, sociaux, judiciaires…) avec tous les partenaires afin d’offrir une réponse effective et durable pour les personnes.

pdf Télécharger le pré-programme des Assises2018  (636 KB)               

 

32es Assises Nationales de l'Aide aux Victimes
19 & 20 juin 2018
Centre Universitaire Méditerranéen de Nice - 65 Promenade des Anglais, 06000 Nice
Pour toute information, contactez le 04 92 00 24 50 ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


bouquets fleurs bleu blanc rouge JeSuisParis UneBougiePourParis ParisAttacks Paris novembre automne 2015 11

 

Le mois de mai a été marqué plus particulièrement par deux événements de grande ampleur, qui ont témoigné une fois de plus de la réactivité du Réseau France Victimes et de sa capacité à intervenir au plus vite pour les victimes, en lien avec les autres acteurs :


Le 12 mai, un attentat se produisait près d’Opéra à Paris, suite auquel une victime est décédée, 4 ont été blessées physiquement et de nombreuses autres psychiquement. Mobilisées dans l’immédiat, l’AAV Paris Aide aux Victimes - PAV - et la Fédération ont organisé leur intervention à l’égard des victimes et proches de victimes. L’EIA, espace dédié à l’accompagnement des victimes d’actes de terrorisme animé par PAV, a d’emblée été mis à disposition pour assurer aide et soutien aux victimes, tant par les professionnels de l’AAV que les partenaires. Cette coordination des acteurs a été consacrée via la tenue d’un CLAV dès le 15 mai. Localement, d’autres AAV ont aussi été mobilisées pour un accompagnement de proximité : France Victimes 72 en particulier, ainsi que plusieurs associations d’Île-de-France.

Le 26 mai, un accident de car survenait dans la Drôme, suite auquel 3 personnes sont décédées. 11 victimes ont été gravement blessées, et 18 autres plus légèrement. Mobilisée par son Parquet, l’AAV locale REMAID - France Victimes 26 a rapidement engagé sa mission d’aide et de soutien, au chevet des familles et des victimes blessées. La majorité d’entre elles étant originaire du Gard, le relais a été assuré avec l’AAV nîmoise, elle aussi réquisitionnée localement. 


La prise de contact avec les acteurs locaux, et en particulier les dirigeants du Club de rugby qui rassemblait les victimes ont permis une mise à disposition efficace, avec des accompagnements individuels d’écoute, de soutien et d’information débutés très rapidement par l’AGAVIP 30.  


 

Communiqué de presse

14 mai 2018

 

 

Victimes ou témoins de l’attaque terroriste du 12 mai à Paris

à l’Opéra, de l’aide est disponible au 08VICTIMES : 01 41 83 42 08

 

  

Suite à l’acte terroriste perpétré le samedi 12 mai à Paris, l’ensemble des personnes victimes, directes et indirectes, témoins et personnes choquées par cet événement, sont invitées à se faire connaître au numéro national d’aide aux victimes mis en place par le ministère de la Justice et géré par la Fédération France Victimes :

 France Victimes logo 08

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Via ce numéro de téléphone accessible de 9h à 21h, 7 jours sur 7, les victimes peuvent bénéficier gratuitement des services d’aide immédiats et dans la durée, et notamment de :

  • - Recensement des personnes concernées,
  • - Soutien psychologique,
  • - Informations sur les droits,
  • - Accompagnement social…

Le 08VICTIMES permet d’accéder aux services de proximité :

  • - A l’Espace d’Information et d’Accompagnement (EIA) de Paris, géré par Paris Aide aux Victimes à partir d’aujourd’hui 17h00 ;
  • - Et à tous les services d’aide aux victimes de France Victimes, conventionnés par le ministère de la Justice, partout en France.

France Victimes est la fédération d’associations de professionnels de la prise en charge globale des victimes et un lieu de réflexion pluridisciplinaire sur le droit et l’aide aux victimes. C’est une présence sur tout le territoire français : réseau de 130 structures d’aide aux victimes et 800 lieux d’accueil conventionnés par la Justice et financés par l’État et les collectivités territoriales, en lien avec les services de police-gendarmerie, justice, santé et services sociaux. Écoute, information sur les droits, accompagnement psychologique et social, dans l’immédiateté et dans la durée, de manière gratuite et confidentielle, bénéficient à toutes les victimes de la délinquance (atteintes à la personne et aux biens), accidents de la circulation, catastrophes et accidents collectifs… Les actions sont conduites dans un esprit de médiation, de résolution équilibrée du conflit et d’une justice restaurative des personnes, comme du lien social : juste équilibre entre les droits de la victime et de l’auteur par l’échange entre les parties.  www.france-victimes.fr

 https://www.facebook.com/FranceVictimes/                         https://twitter.com/FranceVictimes

Contact Presse : Olivia Mons 06 15 51 18 43 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ADAVIRS Lionel ReberCathMaupetit jehl

ADAVIRS (France Victimes89) son Président, Lionel Reber et sa Directrice, Catherine Maupetit-Jehl

L'association locale France Victimes dans l'Yonne, l'A.D.A.V.I.R.S, a signé le 25 avril dernier, une convention pour la prise en charge des victimes d'infractions pénales sur le département de l'Yonne avec l'A.M.R.Y (l'Association des Maires Ruraux de l'Yonne) et l'A.S.E.A.M.A.S (Association des Secrétaires et Employés Administratifs de Mairie de l'Arrondissement de Sens). 

Cette convention a pour objectif de faciliter l'accès aux services d'aide aux victimes pour les personnes éloignées des centres urbains, et elle repose sur une belle collaboration entre les personnels des mairies rurales et l'association départementale d'aide aux victimes.

Ce partenariat a pour but de favoriser l'accès au droit des victimes dans un département rural tel que l'Yonne. L'association locale note que de plus en plus de victimes rencontrent des difficultés dues à leur situation et à leur isolement géographique. Chaque victime doit pouvoir bénéficier de l'accompagnement adapté, soit à sa demande, soit sur orientation de la mairie de la commune. Ce partenariat vise aussi à identifier les personnes vulnérables telles que les personnes agées ou handicapées même si aucune infraction pénale n'est encore formellement établie. L'accord des personnes concernées est obligatoire avant la prise de contact par l'association d'aide aux victimes. 


Cas d'intervention : 

- L'urgence (la victime formule une demande d'assistance)

- La gravité de l'infraction commise

- Les publics concernés : les personnes vulnérables, les victimes d'atteintes aux personnes et les victimes d'atteintes aux biens.


Prise en charge de la victime :

Les services de la mairie de la commune informent les victimes sur les services de l'ADAVIRS et leur remettent un imprimé-victime.
L'association d'aide aux victimes pourra prendre elle même contact avec l'intéressé et lui proposera l'accompagnement adapté.  


Pour évaluer l'efficacité de ce nouveau dispositif, l'AD.A.V.I.R.S, l'A.M.R.Y et l'A.S.E.A.M.A.S se réuniront chaque année à l'occasion d'une rencontre d'information. 

Voir une vidéo explicative d'un média télé local 

 


Photo M2 avril 2018 Paris 2
Du 22 au 26 avril 2018, la première session de formation au « Module 2 : La justice restaurative en action : Animation des rencontres détenus ou condamnés/victimes » s’est déroulée dans les locaux de France Victimes. Auparavant, c'était à l'ENAP (École Nationale d’Administration Pénitentiaire) exclusivement que ce 2e module était proposé, dans le cadre du partenariat qui lie France Victimes à l’Institut Français pour la Justice Restaurative (IFJR) et à l’ENAP. Plusieurs sessions ont déja eu lieu à l’ENAP, en métropole et également en Outre-Mer, mais il s'agit d'une première à France Victimes.

Voici donc, formés par Catherine Rossi, Professeure et chercheure en criminologie de l’Université Laval à Québec et Noémie Micoulet, chargée de mission "Formation et Accompagnement" à l’IFJR, les nouveaux détenteurs d’un « Certificat d’animateur en justice restaurative option RDV-RCV » délivré par l’ENAP à l’issue d’un parcours de formation de 60 heures.

Après avoir animé une mesure, ils pourront poursuivre leur formation lors d’une session d’« Analyse des pratiques »  puis d’ « Ingénierie pédagogiques » pour devenir formateur en justice restaurative.


Suivre l’actualité :

Des formations proposées à France Victimes : http://www.france-victimes.fr/index.php/formation/catalogue?view=category&id=181

Des formations à Agen et en région : http://www.justicerestaurative.org/fr/formations


Depuis vendredi 23 mars 2018, France Victimes Carcassonne (FV Carcassonne) est mobilisée avec la Fédération pour apporter un soutien à toutes les personnes qui ont été concernées par l’un des attentats de l’Aude.

Le Préfet a mis en action les plans Orsec Novi et Blanc et les blessés ont été secourus par les services d’urgence médicaux. Le Parquet de Carcassonne a immédiatement saisi France Victimes Carcassonne alors que le ministère de la Justice sollicitait la Fédération nationale.

Etre au plus près de toutes les victimes !

Plusieurs points d’accueil ont au départ été ouverts, convergeant finalement vers un lieu unique en mairie de Trèbes, au sein desquels plusieurs associations France Victimes locales (Associations d’aide aux victimes de Montpellier, Toulouse, Perpignan, Narbonne) ont été présentes, aux côtés de France Victimes Carcassonne, durant tout le week-end, pour assurer la première prise en charge des victimes et familles de victimes. 

Un CLAV (comité local d’aide aux victimes) s’est tenu en Préfecture le samedi 24 mars, auquel FV Carcassonne a participé ; la Fédération FV y a également assisté en visioconférence depuis le ministère de la Justice, avec la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes. 

Il a été décidé d’une ouverture immédiate de l’EIA (Espace d’Information et d’Accompagnement) au siège de France Victimes Carcassonne : Tel.  : 04 68 25 30 78 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou encore 10 rue Fédou à Carcassonne.

Nous n’oublions aucune personne victime, les blessés, les familles endeuillées, les otages, mais aussi les personnes confinées qui auraient également besoin d’une aide psychologique.

En cas de besoin, partout en France !


loupeCe projet de recherche universitaire est mené par deux psychologues travaillant au sein de l'association France Victimes de Marseille, l’AVAD 13.

Elles exercent par ailleurs une activité de recherche à l’Université d’Aix-Marseille. C'est dans ce cadre qu'elles souhaitent évaluer l’impact du récit traumatique sur les professionnels intervenant auprès de victimes d’infractions pénales. Un formulaire de questions est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous. Le questionnaire s'adresse bien exclusivement aux professionnels accueillant des victimes d'infractions pénales, mais tout professionnel, quelle que soit sa fonction.

Comment les professionnels de la prise en charge du traumatisme psychique mobilisent leurs ressources ?

Votre participation à cette recherche consiste simplement à répondre à un certain nombre de questions.
Vous pourrez revenir et modifier vos réponses tant que vous n’aurez pas cliqué sur le bouton « envoyer », cette action validant votre envoi.
Vos réponses resteront confidentielles et aucun nom ou lieu susceptibles de vous identifier ne seront mentionnés.

Sachez qu'il n'y a pas de bonnes ni de mauvaises réponses, nous vous demandons donc d'être le plus sincère et le plus précis possible dans les réponses que vous allez fournir.
Votre participation est très importante.

Merci du temps accordé pour partager avec nous votre expérience et faire avancer la recherche.