L'INAVEM est partenaire de la 1re Conférence internationale de l'IFJR pour une Justice restaurative en action. 

La justice restaurative en action(s)

Pratiques et innovations françaises.

Perspective comparée au travers de témoignages internationaux.

La justice restaurative a été introduite dans le Code de procédure pénale par la loi du 15 août 2014. Il est désormais possible à toute personne victime ou auteur d’une infraction pénale de se voir proposer une mesure de justice restaurative, à tous les stades de la procédure pénale.

L’Institut Français pour la Justice Restaurative (IFJR) accompagne et évalue depuis trois ans le développement d’expérimentations, sur le territoire français, mises en œuvre par les professionnels de la justice, de l’administration pénitentiaire, de la protection judiciaire de la jeunesse et de l’aide aux victimes.

Devant le succès de ces programmes, qui confirment les résultats évalués à l’étranger – apaisement des participants, reconnaissance pour les personnes victimes, responsabilisation des personnes infracteur, réduction du taux de récidive, sentiment de sécurité retrouvé pour les communautés, notamment – la pratique est en train de se généraliser en France. Cette première conférence a pour objectif de faire le point sur ces actions, de présenter les plus efficaces et de rendre compte d’une approche française particulièrement innovante, dans une perspective comparée, au travers du témoignage de professionnels étrangers.

Cette conférence inédite en France est organisée par l’IFJR en partenariat avec le Forum Européen pour la Justice Restaurative (EFRJ - www.euforumrj.org), l’Observatoire international de la justice juvénile (OIJJ - www.oijj.org) et l’Institut National d’Aide aux Victimes Et de Médiation - INAVEM (fédération des associations d’aide aux victimes - www.inavem.org), avec le soutien du Ministère de la Justice (SG/Service de l'Accès au Droit et à la Justice et de l'Aide aux Victimes) et de la Fondation M6, et réalisé avec le soutien du service de coopération et d'action culturelle du Consulat génréal de France à Québec.  

Elle est destinée à tous les professionnels qui participent au déploiement de la justice restaurative en France et souhaitent échanger sur leurs pratiques, sur leurs réussites comme sur les difficultés rencontrées, à tous ceux qui sont susceptibles de mettre en place des actions dans le futur et ont besoin de se former sur le sujet, ainsi qu’à tous les professionnels internationaux curieux de découvrir la manière dont la France a développé cette pratique aux cours des deux dernières années. Elle s’adresse également à tous ceux qui s’intéressent à la justice restaurative, voire souhaiteraient s’engager, à titre personnel, dans un programme de justice restaurative.

L'INAVEM a participé en plénière avec Olivia Mons, responsable de la communication pour parler de l'intérêt des associations d'aide aux victimes en France pour le sujet et les aspects de généralisation de la Justice Restaurative en lien avec les services fédérés au sein de l'INAVEM, nouvellement dénommés France Victimes. La présence de Jean-Pascal THomasset, secrétaire général de INAVEM et directeur de l'asssociation France Victimes de l'Ain a été également remarquée dans un atelier avec Jacques Faget, qui traitait de la justice restaurative en cas de réponses pénales impossibles.