ADAVIRS Lionel ReberCathMaupetit jehl

ADAVIRS (France Victimes89) son Président, Lionel Reber et sa Directrice, Catherine Maupetit-Jehl

L'association locale France Victimes dans l'Yonne, l'A.D.A.V.I.R.S, a signé le 25 avril dernier, une convention pour la prise en charge des victimes d'infractions pénales sur le département de l'Yonne avec l'A.M.R.Y (l'Association des Maires Ruraux de l'Yonne) et l'A.S.E.A.M.A.S (Association des Secrétaires et Employés Administratifs de Mairie de l'Arrondissement de Sens). 

Cette convention a pour objectif de faciliter l'accès aux services d'aide aux victimes pour les personnes éloignées des centres urbains, et elle repose sur une belle collaboration entre les personnels des mairies rurales et l'association départementale d'aide aux victimes.

Ce partenariat a pour but de favoriser l'accès au droit des victimes dans un département rural tel que l'Yonne. L'association locale note que de plus en plus de victimes rencontrent des difficultés dues à leur situation et à leur isolement géographique. Chaque victime doit pouvoir bénéficier de l'accompagnement adapté, soit à sa demande, soit sur orientation de la mairie de la commune. Ce partenariat vise aussi à identifier les personnes vulnérables telles que les personnes agées ou handicapées même si aucune infraction pénale n'est encore formellement établie. L'accord des personnes concernées est obligatoire avant la prise de contact par l'association d'aide aux victimes. 


Cas d'intervention : 

- L'urgence (la victime formule une demande d'assistance)

- La gravité de l'infraction commise

- Les publics concernés : les personnes vulnérables, les victimes d'atteintes aux personnes et les victimes d'atteintes aux biens.


Prise en charge de la victime :

Les services de la mairie de la commune informent les victimes sur les services de l'ADAVIRS et leur remettent un imprimé-victime.
L'association d'aide aux victimes pourra prendre elle même contact avec l'intéressé et lui proposera l'accompagnement adapté.  


Pour évaluer l'efficacité de ce nouveau dispositif, l'AD.A.V.I.R.S, l'A.M.R.Y et l'A.S.E.A.M.A.S se réuniront chaque année à l'occasion d'une rencontre d'information. 

Voir une vidéo explicative d'un média télé local 

 


 

Communiqué de presse

14 mai 2018

 

 

Victimes ou témoins de l’attaque terroriste du 12 mai à Paris

à l’Opéra, de l’aide est disponible au 08VICTIMES : 01 41 83 42 08

 

  

Suite à l’acte terroriste perpétré le samedi 12 mai à Paris, l’ensemble des personnes victimes, directes et indirectes, témoins et personnes choquées par cet événement, sont invitées à se faire connaître au numéro national d’aide aux victimes mis en place par le ministère de la Justice et géré par la Fédération France Victimes :

 France Victimes logo 08

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Via ce numéro de téléphone accessible de 9h à 21h, 7 jours sur 7, les victimes peuvent bénéficier gratuitement des services d’aide immédiats et dans la durée, et notamment de :

  • - Recensement des personnes concernées,
  • - Soutien psychologique,
  • - Informations sur les droits,
  • - Accompagnement social…

Le 08VICTIMES permet d’accéder aux services de proximité :

  • - A l’Espace d’Information et d’Accompagnement (EIA) de Paris, géré par Paris Aide aux Victimes à partir d’aujourd’hui 17h00 ;
  • - Et à tous les services d’aide aux victimes de France Victimes, conventionnés par le ministère de la Justice, partout en France.

France Victimes est la fédération d’associations de professionnels de la prise en charge globale des victimes et un lieu de réflexion pluridisciplinaire sur le droit et l’aide aux victimes. C’est une présence sur tout le territoire français : réseau de 130 structures d’aide aux victimes et 800 lieux d’accueil conventionnés par la Justice et financés par l’État et les collectivités territoriales, en lien avec les services de police-gendarmerie, justice, santé et services sociaux. Écoute, information sur les droits, accompagnement psychologique et social, dans l’immédiateté et dans la durée, de manière gratuite et confidentielle, bénéficient à toutes les victimes de la délinquance (atteintes à la personne et aux biens), accidents de la circulation, catastrophes et accidents collectifs… Les actions sont conduites dans un esprit de médiation, de résolution équilibrée du conflit et d’une justice restaurative des personnes, comme du lien social : juste équilibre entre les droits de la victime et de l’auteur par l’échange entre les parties.  www.france-victimes.fr

 https://www.facebook.com/FranceVictimes/                         https://twitter.com/FranceVictimes

Contact Presse : Olivia Mons 06 15 51 18 43 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Photo M2 avril 2018 Paris 2
Du 22 au 26 avril 2018, la première session de formation au « Module 2 : La justice restaurative en action : Animation des rencontres détenus ou condamnés/victimes » s’est déroulée dans les locaux de France Victimes. Auparavant, c'était à l'ENAP (École Nationale d’Administration Pénitentiaire) exclusivement que ce 2e module était proposé, dans le cadre du partenariat qui lie France Victimes à l’Institut Français pour la Justice Restaurative (IFJR) et à l’ENAP. Plusieurs sessions ont déja eu lieu à l’ENAP, en métropole et également en Outre-Mer, mais il s'agit d'une première à France Victimes.

Voici donc, formés par Catherine Rossi, Professeure et chercheure en criminologie de l’Université Laval à Québec et Noémie Micoulet, chargée de mission "Formation et Accompagnement" à l’IFJR, les nouveaux détenteurs d’un « Certificat d’animateur en justice restaurative option RDV-RCV » délivré par l’ENAP à l’issue d’un parcours de formation de 60 heures.

Après avoir animé une mesure, ils pourront poursuivre leur formation lors d’une session d’« Analyse des pratiques »  puis d’ « Ingénierie pédagogiques » pour devenir formateur en justice restaurative.


Suivre l’actualité :

Des formations proposées à France Victimes : http://www.france-victimes.fr/index.php/formation/catalogue?view=category&id=181

Des formations à Agen et en région : http://www.justicerestaurative.org/fr/formations


Depuis vendredi 23 mars 2018, France Victimes Carcassonne (FV Carcassonne) est mobilisée avec la Fédération pour apporter un soutien à toutes les personnes qui ont été concernées par l’un des attentats de l’Aude.

Le Préfet a mis en action les plans Orsec Novi et Blanc et les blessés ont été secourus par les services d’urgence médicaux. Le Parquet de Carcassonne a immédiatement saisi France Victimes Carcassonne alors que le ministère de la Justice sollicitait la Fédération nationale.

Etre au plus près de toutes les victimes !

Plusieurs points d’accueil ont au départ été ouverts, convergeant finalement vers un lieu unique en mairie de Trèbes, au sein desquels plusieurs associations France Victimes locales (Associations d’aide aux victimes de Montpellier, Toulouse, Perpignan, Narbonne) ont été présentes, aux côtés de France Victimes Carcassonne, durant tout le week-end, pour assurer la première prise en charge des victimes et familles de victimes. 

Un CLAV (comité local d’aide aux victimes) s’est tenu en Préfecture le samedi 24 mars, auquel FV Carcassonne a participé ; la Fédération FV y a également assisté en visioconférence depuis le ministère de la Justice, avec la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes. 

Il a été décidé d’une ouverture immédiate de l’EIA (Espace d’Information et d’Accompagnement) au siège de France Victimes Carcassonne : Tel.  : 04 68 25 30 78 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou encore 10 rue Fédou à Carcassonne.

Nous n’oublions aucune personne victime, les blessés, les familles endeuillées, les otages, mais aussi les personnes confinées qui auraient également besoin d’une aide psychologique.

En cas de besoin, partout en France !


loupeCe projet de recherche universitaire est mené par deux psychologues travaillant au sein de l'association France Victimes de Marseille, l’AVAD 13.

Elles exercent par ailleurs une activité de recherche à l’Université d’Aix-Marseille. C'est dans ce cadre qu'elles souhaitent évaluer l’impact du récit traumatique sur les professionnels intervenant auprès de victimes d’infractions pénales. Un formulaire de questions est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous. Le questionnaire s'adresse bien exclusivement aux professionnels accueillant des victimes d'infractions pénales, mais tout professionnel, quelle que soit sa fonction.

Comment les professionnels de la prise en charge du traumatisme psychique mobilisent leurs ressources ?

Votre participation à cette recherche consiste simplement à répondre à un certain nombre de questions.
Vous pourrez revenir et modifier vos réponses tant que vous n’aurez pas cliqué sur le bouton « envoyer », cette action validant votre envoi.
Vos réponses resteront confidentielles et aucun nom ou lieu susceptibles de vous identifier ne seront mentionnés.

Sachez qu'il n'y a pas de bonnes ni de mauvaises réponses, nous vous demandons donc d'être le plus sincère et le plus précis possible dans les réponses que vous allez fournir.
Votre participation est très importante.

Merci du temps accordé pour partager avec nous votre expérience et faire avancer la recherche.


Inauguration de l'EIA Paris 2018


France Victimes était présente à l'inauguration du nouvel espace d’information et d’accompagnement (EIA) des victimes d’acte(s) de terrorisme animé par son association parisienne PARIS AIDE AUX VICTIMES. Ce dispositif partenarial expérimenté après les attaques terroristes de novembre 2015 a démontré sa pertinence, tout comme à Nice où l'association France Victimes MONTJOYE anime cet espace pour les victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.


Elisabeth Pelsez, déléguée interministérielle à l’aide aux victimes, en présence du préfet François Ravier, secrétaire général de la préfecture de région d’Ile-de-France, préfecture de Paris, de Madame Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris, des représentants des chefs de la cour d’appel de Paris et de Monsieur Francois Molins, procureur de la République de Paris, a procédé à l’inauguration de ce nouvel espace d’information et d’accompagnement (EIA) des victimes d’acte(s) de terrorisme de Paris. Cet EIA acceuillera également en plus des victimes d'attentats, toutes les victimes d'événements collectifs, accidents, catastrophes naturelles.

L'EIA regroupe sur un même lieu des juristes, des psychologues et des assistantes sociales dédiés entièrement aux victimes et à leurs proches. L’équipe pluridisciplinaire de l’association « Paris Aide aux Victimes » est chargée d’accueillir et d’informer les victimes sur leurs droits, de les accompagner dans leurs démarches et de leur proposer un soutien psychologique.

Les volontés conjuguées du ministère de la Justice, de la mairie de Paris et de la préfecture de région Ile-de-France permettent de pérenniser ce dispositif et de l’inscrire dans la durée. Ce nouvel espace d’information et d’accompagnement est situé au 18 rue Poliveau, Paris 5ème. Il est ouvert tous les jours de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00. Contact : par mail

 


13954091.jpg

Depuis la nuit du jeudi 14 décembre 2017, les équipes de France Victimes (France Victimes 66 et d'autres professionnels de la région) sont auprès des familles de victimes, à l'hôpital de Perpignan aux côtés de la CUMP (cellule d'urgence médico-psychologique), à la Mairie de Saint-Féliu d'Avall, au siège de l'association à Perpignan.

Cet accident qui a coûté à ce jour la vie à 6 enfants et a fait de très nombreux blessés physiques et psychologiques pose de nombreuses questions : techniques, judiciaires et également en termes d'aide et d'accompagnement des victimes dès les premières heures du drame, et sur la durée.

France Victimes 66 est à la disposition des victimes dans les Pyrénées Orientales, à la mairie de Saint Féliu d'Avall pour établir un état des lieux des différentes problématiques qui se posent aux victimes et à leurs familles : question de pertes de revenus pour des parents qui sont au chevet de leur enfant blessé, de prise en charge des trajets ou des frais d'hôtel pour des parents qui sont au chevet de leur enfant à Montpellier ou Toulouse, question d'aménagement de la maison pour les enfants qui garderont des séquelles très invalidantes, question pour se contituer partie civile, à quoi cela sert ? est ce que je dois le faire immédiatement ?

France Victimes 66 (Adavip) est à la disposition des familles et des jeunes victimes pour une écoute empathique, un accompagnement au quotidien sur toutes les questions qu'elles peuvent se poser.

Un coordinateur interministériel national, Philippe Cèbe, a été nommé afin de prendre en considération tous les aspects de l'aide aux victimes. Une fiche "repères sur vos droits" a été conçue pour donner les coordonnées des acteurs principaux de l'aide aux victimes. France Victimes travaille avec les autorités de l'Etat, avec les assureurs et toutes les parties prenantes auprès des victimes, en liens étroits avec le coordinateur national M. Cèbe. 

Pour avoir une écoute et joindre les associations proches de chez vous, le numéro national d'aide aux victimes : 01 41 83 42 08 // Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

France Victimes logo 08


Aujourd'hui, 21 décembre 2017, France Victimes a reçu la déléguée interministérielle à l'aide aux victimes, Elisabeth Pelsez accompagnée de son responsable de la communication. Cette visite fut l'occasion de présenter l'équipe de la fédération et notamment l'activité de la plateforme téléphonique d'aide aux victimes. 

France Victimes et la DIAV ont pu échanger sur de nombreux projets à venir tels que le service national d'urgence ou encore l'agrément des associations. 


1865696218.jpg20171221_095431.jpg


levothyrox
Après Nevers, Le Puy en Velay, ce sont toutes les associations d’aide aux victimes France Victimes qui se mobilisent pour informer et accompagner les malades de la thyroïde qui ont pris la nouvelle formule de ce médicament qui auraient des effets secondaires très préoccupants.
Des centaines de plaintes ont d’ores et déjà été déposées partout en France, le pôle Santé publique du Tribunal de Grande Instance de Marseille a ouvert une enquête préliminaire, mais ce sont avant tout des personnes inquiètes et désemparées qui sollicitent l’aide des associations locales France Victimes pour être accompagnées dans leur parcours.

France Victimes souhaite donner à toutes les personnes un certain nombre d’informations :

1- L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a mis un N° vert en place pour informer les utilisateurs suite au changement de formule du Lévothyrox® : 0800 97 16 53 (lundi à vendredi de 9h à 19h).

2- Le Conseil national de l’ordre des Médecins a rédigé une lettre circulaire rappelant à tous les médecins sollicités par leurs patients qu’ils ne peuvent refuser de rédiger un certificat médical, indiquant a minima qu’ils ont prescrit le Lévothyrox®. 

3- Le TGI de Marseille (pôle Santé publique) a édité un formulaire-type avec les pièces à fournir pour accompagner le dépôt de plainte et faciliter le recueil de l’audition des victimes.

Toutes ces questions sont complexes ; les procédures risquent de plus d’être longues ; nous invitons ainsi tou.te.s les patient.e.s concerné.e.s par la prise ce médicament à contacter le 08Victimes pour être mis.e.s en lien avec leur association locale France Victimes, dont les services sont gratuits :

France Victimes logo 08

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


DLeAu1bX4AAERmR
Vendredi 6 octobre, Nicole Belloubet et Edouard Philippe ont présenté, à Nantes, les cinq chantiers de la justice pour le quinquennat. Avec une hausse de 3,9% en 2018 par rapport à 2017, le budget de la Justice tend à évoluer chaque année jusqu'en 2020.

Afin de mener ces nouvelles réformes, le Gouvernement a souhaité adopter une méthode collaborative avec des acteurs de terrain qui feront remonter aux ministères concernés leur expérience et leurs initiatives. Les conclusions des travaux seront remises le 15 janvier 2018, et les résultats intégrés dans un projet de loi de programmation pour la justice 2018 – 2022.


"Dans un État de droit rien n’est possible sans une justice forte. Si elle est lente, lointaine ou inégalitaire, ou même seulement trop complexe, la confiance se trouve fragilisée."

Édouard Phillippe, Premier ministre


Les 5 chantiers pour la transformation de la justice 

1. La transformation numérique : un plan de transformation numérique sera conduit autour du portail justice.fr, qui permettra notamment de faciliter les procédures en ligne des justiciables.

2. L’amélioration et la simplification de la procédure pénale : la procédure pénale protège, mais elle pèse aussi sur le quotidien des forces de l’ordre, des parquets et des juges du siège. Une consultation des acteurs de terrain sera menée dans les cours d’appel pour proposer des solutions de simplifications et d'amélioration de la procédure pénale.

3L’amélioration et la simplification de la procédure civile : un groupe de travail associant magistrats, universitaires et avocats lancera une réflexion nouvelle pour simplifier la procédure de première instance autour de deux grandes procédures : une procédure avec avocat obligatoire pour les affaires complexes et l’autre sans avocat pour les contentieux du quotidien.


4. Adaptation de l'organisation judiciaire : une mission sera chargée de mener une concertation autour de la carte judiciaire tout en préservant le maillage actuel. 


5. Sens et efficacité des peines : une réflexion sera conduite pour permettre de renforcer le sens et l’efficacité des peines. Par ailleurs, un plan de construction de 15 000 nouvelles places de prison permettra d’assurer la prise en charge des détenus dans des conditions de plus grande sécurité et de plus grande dignité.

 

France Victimes souhaite que ses réformes puissent avant tout profiter aux victimes.  

pdf Découvrez le dossier de presse du ministère de la Justice concernant les chantiers de la justice (717 KB)